Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Badminton - EPS & Société

Accueil > Mots-clés > APSA > Badminton

Badminton

  • Des pratiques

    Le badminton en EPS : Mettre en Intention les élèves .

    Claude Leveau,Professeur Agrégé EPS BE Badminton, UFR Staps Nantes.

    On a souvent tendance à considérer les phases de jeu, de match, comme un moment de simple application des apprentissages techniques qu’il suffirait de replacer dans le contexte d’opposition pour qu’ils trouvent « naturellement » leur efficacité tactique. Ceci n’est d’ailleurs pas l’apanage du badminton. Le passage des ceintures en judo par exemple est une illustration de ce constat puisque les judokas ne sont « évalués » que sur la forme technique des projections indépendamment de leur efficacité en combat (hormis lors de la ceinture noire).

  • regard

    Le badminton un sport de raquette comme les autres ? à propos de modélisation

    Benoit Chaisy

    Benoit Chaisy enseigne au collège de Tonnerre. Son expérience l’incite à contester certaines « évidences » fondées, selon lui, sur une modélisation insuffisante de cette activité donnant apparemment satisfaction.

  • Des pratiques

    Badminton : priorité vitesse !

    Frédéric Girault, enseignant Collège

    Bien que spécialiste de badminton, Frédéric Girault, enseignant dans un collège de la Creuse constatait que nombre de ses élèves ne progressaient plus lors d’un deuxième cycle. C’est ainsi qu’il a décidé de faire, dès le début des apprentissages, le pari de la vitesse comme facteur de progrès pour toutes et tous. Il choisit d’autres acquisitions techniques prioritaires pour passer du duo au duel.

  • regard

    Le badminton, un cas d’école

    Christian Couturier, avec le bureau

     Le badminton est devenu en quelques années un des sports phares de l’EPS et du sport scolaire. Première activité en nombre de pratiquants à l’UNSS, activité la plus programmée en lycée, en développement constant au collège et à l’école primaire, elle est aujourd’hui incontournable. Il est remarquable, il faut le souligner dès à présent, que ce mariage avec l’EPS se soit fait sans aucune prescription de quelque nature que ce soit, et même sans que les enseignants soient véritablement formés à cette activité (la préparation dans les UFR ne dépasse guère aujourd’hui l’équivalent d’un ou deux cycles et la possibilité de la prendre en « option » au CAPEPS que depuis 2011).

  • Controverse

    Badminton : à quand les niveaux 3 et 4 ?

    Marine Duréault, enseignante à l’université de Rennes

    Marine Duréault enseigne au SUAPS de Rennes. Spécialiste de badminton, elle est aussi responsable régionale jeune et entraineur. Elle pose la question de l’enseignement, après les classiques deux premiers cycles en EPS.

  • Des pratiques

    La performance en badminton

    Pauline ENDRESS UFRSTAPS - NANTES

    La présence du Badminton dans ces journées pédagogiques [1] centrées sur la « réussite de tous » peut sembler à priori surprenante, voire inappropriée, dans la mesure où il s’agit d’une activité qui a la réputation de favoriser un progrès rapide des élèves.
    Cependant, je considère avec Deutz d’Arragon (2013) qu’enseigner le badminton relève d’une « fausse évidence ».
    Ces journées seront donc l’occasion de revenir sur ce qui, dans la logique même de l’activité, est créateur d’inégalités potentielles de réussite, afin de proposer quelques pistes didactiques et pédagogiques visant à les limiter.

  • Des pratiques

    Remonter des solutions aux problèmes

    ♦ Bruno Lebouvier

    Drôle d’idée que de chercher les problèmes plus que les solutions ! Le quotidien tend à masquer nos choix. Les enseignants experts développent des techniques, des façons de faire qui ne sont pas toujours explicitables. La complexité des situations d’enseignement les rend de plus difficilement reproductibles. Les pratiques sont inventives, mais les techniques d’enseignement comme les techniques sportives demandent à être discutées et controversées pour être reconstruites et partagées. Remonter au problème c’est se donner l’occasion d’accéder aux logiques que nous poursuivons, de mener l’enquête sur nos expériences, ce qui les organise et pourrait éventuellement les renouveler. Le projet de la rubrique est de pointer ce qui fait l’originalité des propositions, d’étudier les difficultés que l’ingéniosité et les inventions des collègues tentent de surmonter.

  • Résonnance

    Badminton : faire des choses avec sérieux, sans se prendre au sérieux !

  • La recherche ça questionne

    Savoir ce qu’il y a à apprendre, vérifier ce qui est appris

    Christiane Roustan

    Christiane Roustan a soutenu une thèse en 2003, sous la direction de S.Joshua.
    Cette thèse intitulée « La mise en place d’un milieu pour l’étude d’une APS au C.P. : le cas du badminton » garde son actualité. En effet l’essentiel de ce travail porte sur la mise en place et l’adaptation des séances en fonction des réponses fournies par les élèves. Il va de soi que le travail réalisé au C.P. se transfère aisément aux classes de collège et de lycée. Ce résumé écrit très simplement est à notre sens utile à chacun pour réfléchir à la façon de construire son enseignement en badminton et dans toutes les disciplines sportives supports de sa pratique. 

  • Des pratiques

    Pour gagner le duel, jouer avec l’espace, se jouer du temps

    Marc Latourre, enseignant au collège d’Anduze

    Marc Latourre, enseignant au collège d’Anduze rappelle que le badminton est avant tout une activité de duel, un sport de combat. Et donc tout ce que fait le joueur, la joueuse dépend de son adversaire du moment. Aussi est-il crucial d’apprendre aux élèves à évaluer le rapport de force, à prendre des informations sur soi, le volant, l’adversaire pour prendre les décisions efficaces tout en maîtrisant les techniques conçues comme des solutions, des outils pour gagner le duel.

    0 | 10 | 20