Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Kiosque - EPS & Société
Kiosqu’ Cirque

Panorama contemporain des Arts du cirque. P. Hivernat, V. Klein, éditions Hors les murs. 2010.

Tour d’horizon en 600 pages où 70 compagnies ou artistes de cirque voient leur univers et parcours restitués, illustrés par des images des créations, des lieux de vie, des traces de travail.

Les artistes livrent leur conception des arts du cirque, en perpétuelle redéfinition. Posant les premiers jalons d’une histoire du cirque contemporain, qui emprunte plus que jamais au langage de la danse, du théâtre, des arts plastiques, en interrogeant les limites de la scène et du corps.

+++ LIRE LA SUITE +++
Kiosque Roman

À l’ombre de la gloire, Denis Lapierre et Aude Samama. Aux éditions Futuropolis.

C’est l’histoire du « terrible destin de deux gloires des années d’avant-guerre ».

Le récit commence par le combat de Victor, juif tunisien, lors de la nuit de cristal à Berlin, contre Ernst Weiss, caricature de l’aryen allemand. Destins croisés et tragiques se succèdent avec Mireille une star de cinéma, femme fatale, frivole et déterminée. De la gloire à la déchéance, deux êtres fiers. Un boxeur passionné, qui ira jusqu’à défier l’ordre nazi dans son dernier combat, une gourgandine assumant ses amours jusqu’à la punition définitive.
On pourrait conclure cette BD fort bien dessinée, par un mot du début s’appliquant aux deux héros : « quel bonheur que de se sentir profondément à sa place dans le jeu » !

JP Lepoix

+++ LIRE LA SUITE +++
Kiosque Roman

Chanson pour Sonny, Ahmed Kalouaz, aux éditions du Rouergue.

Ahmed Kalouaz ne prend pas le sport comme les coulisses de ses romans. Le sport est le cœur de ses ouvrages.

C’est un objet social, traversé par les contradictions humaines, par les conflits politiques. Il raisonne et bouillonne avec notre société, dans ses conflits jusque dans son atrocité. Ahmed choisi 9 histoires de vie très heureuses de sportifs. Il nous raconte avec simplicité et densité la vie d’Alfred Nakache déporté à Auschwitz, ou du coureur éthiopien Abebe Bikila vengeant en Italie son pays…Il en consacre une aux 3 athlètes noirs le poing ganté levé, une image qui traverse le temps et nos mémoires. Pourtant ces héros sportifs qui ont réalisé un geste politique admirable, ont été les parias d’une société Américaine traditionnaliste et sont devenus des personnes à éviter dans le monde du sport. La dernière chronique sur ses ouvrages porte sur le destin des jeunes footballeurs africains arrachés à leur famille pour devenir footballeurs professionnels. Un rêve qui finira à la porte de Montreuil dans un hôtel miteux, sans club et sans argent. « Je préfère qu’ils me croient mort », le titre du livre est aussi la conclusion terrible de cette vie volée par des agents mafieux. Nous ne pouvons que vous conseiller de rencontrer cet auteur et ses ouvrages.

Bruno Cremonesi

+++ LIRE LA SUITE +++
Kiosque Société

Pour l’émancipation, se libérer des dominations, François Galichet, aux éditions Chronique sociale, 2014.

L’émancipation est un mot qui a été énormément utilisé ces dernières années ...

et en particulier par nous pour fixer le cap de la noble finalité de l’école. Beaucoup utilisé ne signifie pas forcément bien défini.
C’est un slogan qui renvoie confusément au combat contre toute forme de domination.
L’auteur fait ici, dans une formule éditoriale courte, simple et facilement accessible, un travail très utile de retour sur ce concept. Définition, histoire de la pensée philosophique, sociologique, ce détour nous apporte un éclaircissement salutaire. Il donne par ailleurs quelques éléments de réponse à une question que l’on se pose souvent : à quelles conditions le savoir est-il libérateur ? Plusieurs réponses. Par exemple par la « stratégie rationaliste » : s’il est mis en rapport avec son origine, ce pour quoi il a été construit. C’est ce que nous travaillons au Centre EPS lorsque nous parlons d’anthropologie. Ensuite il est utile, au sens où il conduit vers l’indépendance dans son domaine d’application. Enfin le troisième critère, c’est sa capacité à mettre les hommes en communication. Pour la « stratégie libertaire », c’est plutôt le cheminement vers « la conscience de… » qui est émancipateur. Dans cette logique, la question de l’égalité joue un rôle central. Pour ce que l’auteur appelle « la stratégie cognitiviste », c’est l’apprentissage et le travail qui deviennent libérateurs, en soi…
Au bout du compte le tour d’horizon est à la fois intéressant, mais aussi troublant. Car si chacun-e peut y mettre différente choses, à quoi faut-il s’accrocher ? à tout, probablement, parce que, comme le dit la dernière phrase du livre, l’émancipation est par principe illimitée et infinie.

Christian Couturier

+++ LIRE LA SUITE +++
Kiosque Sport

Marque ou crève, Frédéric Loore et Roger Job, aux éditions Avant-Propos, mars 2015.

Bruxelles, Abidjan, Bangkok, trois villes aux contrastes marqués que rien ne semble relier. Elles possèdent comme point commun les destins brisés ...

de ces jeunes footballeurs qui rêvent de devenir professionnels. Un agent leur fait miroiter la possibilité de jouer dans un grand club, et les voilà embarqués dans une aventure tragique où ils se retrouvent rapidement sans club, sans travail et sans foyer. Un rêve qui dépasse l’individu et incarne plutôt celui d’une communauté, d’une famille qui projette son espoir de vivre dans les buts marqués à l’étranger. Cette pression familiale rend impossible le retour. Un ouvrage saisissant aux photos superbes qui met en lumière l’ombre du football, de ces migrants du ballon rond. Un commerce des êtres humains qui profite à quelques intermédiaires. Un livre de photos qui rend visible l’une des coulisses du football et de ses stars africaines. Ce problème est pourtant de plus en plus connu du monde du football mais il reste encore trop souvent la face cachée que l’on préfère ignorer. Certaines associations, comme Foot solidaire, œuvrent auprès de ces jeunes qui n’ont pas trouvé de place dans un club et se retrouvent dans la rue et sans possible retour en Afrique, préférant l’exil à la honte.

Bruno Cremonesi

+++ LIRE LA SUITE +++
Kiosque Sport

éloge de l’esquive, Olivier Guez, aux éditions Grasset, 2014.

Un titre qui déclenche un élan et nous pousse à ouvrir ce livre pour savoir…

éloge de l’esquive en football, peut être un livre qui saisira ces instants de communion d’un stade avec le joueur qui, après un contrôle du ballon, efface son défenseur par une virgule le laissant sur place. Un peu comme un toréador épuisant l’animal avant sa mise à mort même si, dans le football, la mort est toujours symbolique. Ce sport, création des Hommes, ne cesse d’être traversé par les cultures des Hommes. L’auteur plonge dans le football et nous propose un voyage en Amérique du sud. Il redonne aux techniques sportives les empreintes humaines accumulées. Le dribble n’est pas né par hasard au Brésil, les premiers joueurs noirs ont, en fait, commencé à dribbler pour éviter les contacts avec les défenseurs blancs. Un plaisir de lire et une jolie façon de regarder autrement la sélection brésilienne et son football.

Bruno Cremonesi

+++ LIRE LA SUITE +++
jaune
Kiosqu’ école

Supports pédagogiques et inégalités scolaires. Stéphane Bonnery (sous la direction de) La dispute. 2015

Stéphane Bonnery et le collectif d’auteurs, impliqués depuis longtemps sur la thématique des inégalités scolaires, démontent un rouage non interrogé jusqu’à présent : l’usage des manuels scolaires et plus largement des « supports » pédagogiques.

Ils prouvent, à travers leur évolution dans l’histoire, que ces supports ont beaucoup changé. On s’en doutait, évidemment. Mais ce qui est intéressant dans le livre, c’est la confrontation de ces changements avec l’activité de l’enseignant en classe et les observations faites en classe. globalement, si les exigences se sont élevées au cours des dernières années, si l’activité intellectuelle sollicitée est a priori plus intense, les supports pédagogiques et leurs usages ne revoient pas à une clarification de la nature de l’activité attendue. Ils participent ainsi au « brouillage » qui est à l’origine de l’échec scolaire : les élèves en connivence avec la culture scolaire réussissent, pas les autres ! C’est le thème central de recherche du groupe de recherche ESCOL. Or les manuels scolaires influencent l’activité de l’enseignant et, en étant remplis d’implicites, ils ne permettent pas d’identifier l’activité cognitive des élèves. L’évolution des manuels s’est réalisée en grande partie sur la base d’une théorie sous-jacente : le savoir se construit. en présentant par exemple un ensemble de savoirs et d’informations sans autre guidage, les rédacteurs du manuel invitent (on le suppose) les élèves à faire des liens de causalité entre les savoirs présentés, de regrouper les savoirs de même nature, d’en tirer un « sens », etc. Or c’est bien cela le problème : quelle est la véritable nature de ce qu’il faut faire ?
Cette logique, loin de permettre l’hétérogénéité des approches (car en fait il n’y pas tant de façons de faire différentes), peut au contraire renforcer les inégalités en ne guidant pas suffisamment l’élève au prétexte qu’il doit « construire par lui-même » le savoir. Cette conception pousse un peu les enseignants à penser que chaque élève sait spontanément mobiliser la bonne activité au lieu de penser minutieusement les dispositifs pour qu’ils guident collectivement les élèves vers le savoir.
Bien que nous n’ayons pas, en EPS, de manuel scolaire, il serait intéressant de travailler malgré tout nos « supports pédagogiques » pour voir s’il y a des conclusions similaires à faire. Mais il est probable que la nécessité de « lever les implicites » soit un mot d’ordre général à appliquer partout.

Christian Couturier

+++ LIRE LA SUITE +++
Kiosqu’ école

D’un programme de connaissances à un curriculum de compétences, Michel Develay. De boeck. 2015.

Le titre donne bien le sens de l’ouvrage. et il faut dire qu’il est parfaitement dans le vent... Les politiques scolaires, depuis la loi Fillon, de droite comme de gauche, défendent la même logique : le programme de connaissances, c’est le passé, le curriculum de compétence, c’est l’avenir. On s’attend donc à une démonstration ad hoc, genre Perrenoud. Mais Michel Develay est plus complexe, ou plus malin. La preuve sur la page de garde : « une compétence ? Un savoir agir réfléchi... » au total l’ensemble est assez équilibré parce que Develay manipule tout avec précaution et une certaine dialectique. Le livre, du coup, est une bonne lecture à conseiller aux étudiants et enseignants qui préparent les concours. Pour la pratique, c’est plus compliqué. Bien que l’auteur prenne beaucoup d’exemples dans différentes disciplines, on voit mal comment tout ça peut s’écrire dans un « curriculum formel ».

Christian Couturier

+++ LIRE LA SUITE +++
Kiosque Handicap

Handicaps et activité physique, Thierry Bourgoin, Xavier Chigot, Florence Guyard-Bouteiller, Stéphanie Lentz, éditions epS, 2014

L’intérêt de cette récente publication de la revue EPS tient aux multiples domaines qu’elle aborde et à de nombreux « récits d’expérience ». On y trouve notamment des repères sur les différents types de handicap, des éclairages sur la singularité des personnes, des aptitudes, des contextes d’intervention et des dispositifs d’inclusion. La place du handicap dans la pratique des aPSa est envisagée du point de vue de l’enseignement de l’ePS mais aussi des fédérations, à travers les contributions de l’USeP, de l’UnSS, de la FFH (Fédération française handisport) et de la FFSa (Fédération française du sport adapté). Les adaptations de l’enseignement sont illustrées par une vingtaine de témoignages de collègues qui relèvent de l’enseignement primaire ou de l’enseignement secondaire. La mise en scène d’élèves représentatifs des principales catégories de handicap, engagés dans des aPSa variées, et la façon dont les enseignants s’attachent à favoriser leur réussite retiendront l’attention du lecteur curieux d’approches pédagogiques singulières.

JP garel

+++ LIRE LA SUITE +++
Kiosque Handicap

Ne dites pas à ma mère que je suis handicapée, elle me croit trapéziste dans un cirque, Charlotte de Vilmorin, éditions Grasset, 2015

Beaucoup d’humour dans le récit de vie de cette jeune femme optimiste et combative, dont la déficience la contraint à se déplacer en fauteuil électrique depuis l’enfance. De nombreuses anecdotes éclairent notre regard sur le handicap à partir de ce qu’elle vit ou a vécu au quotidien, dans le monde de l’entreprise, dans ses loisirs, à l’Université, à l’école... elle a toujours voulu être scolarisée en milieu ordinaire et y a pris des claques : quand, à l’enseignante demandant « combien y a-t-il d’élèves dans la classe », une camarade répond « on est 23, plus Charlotte ! » ; ou encore à l’occasion des récréations, dont elle était exclue au motif qu’elle représentait un danger pour les autres, risquant de les écraser avec son fauteuil ! Sans doute Charlotte n’a-t-elle pas réalisé un rêve d’enfant de devenir une habile et gracieuse trapéziste, mais sa vie est riche de saveurs que les valides ne goûtent pas toujours.

Bruno Cremonesi

+++ LIRE LA SUITE +++
Kiosque Handicap

Sport adapté-handicap-santé, Sous la direction de Roy Compte, Gilles Bui-Xuan et Jacques Mikulovic, Co-édition Afraps-FFSA, 2012

En près de 500 pages, ce livre rassemble les contributions de 35 auteurs autour du handicap mental et des troubles psychiques. Universitaires, formateurs, responsables au sein de la FFSa (Fédération française du sport adapté), enseignants, éducateurs ou psychiatres, on retrouve là des noms connus dans le champ des activités physiques dites « adaptées ». Les articles sont répartis selon sept thèmes : les aspects historiques et institutionnels ; les réflexions éthiques ; le sport et le handicap — qui traite aussi bien du sport de haut niveau que des activités qui sont destinées à celles et ceux qui sont très lourdement atteint(e)s —, la pédagogie, avec des propositions d’adaptations concernant notamment les jeunes autistes ; le sport et la santé, envisagée dans ses aspects somatiques mais aussi psychiques, au regard de la maladie mentale ; l’intégration, qui soulève bien des questions ; et des réflexions sur des aspects culturels. Un vaste panorama sur une population très nombreuse et dont les spécificités sont trop souvent méconnues.

JP garel

+++ LIRE LA SUITE +++
Kiosque Enfant

Je veux un zizi ! de Lætitia Lesaffre. Editions talents Hauts. 2007

« Je veux un zizi ! » dit la petite fille, « Ah bon ? Pour quoi faire ? » lui répond le petit garçon. Cet album jeunesse est un dialogue entre une petite fille qui veut un zizi pour pouvoir faire faire pipi debout, gagner à la bagarre, être élue Père Noël et bricoler et un petit garçon qui préfère cuisiner, être le Petit Chaperon rouge et aimerait avoir un bébé dans son ventre. L’inversion des stéréotypes peut faire sourire ou laisse à penser que ce n’est pas une voie pour construire l’égalité. Mais l’auteur cultive un regard aiguisé et montre que les stéréotypes enferment aussi les garçons dans des modes de faire ou des comportements qui ne leur ressemblent pas forcement. Le petit garçon se fait toujours punir même s’il n’a pas fait de bêtises car « il parait qu’il est turbulent. ». Une histoire qui cultive avec humour et tendresse un regard sur l’enfance dans la ligne éditoriale des éditions Talents hauts : « Des livres pour les filles que les garçons peuvent lire et inversement. » L’auteure-illustratrice, Lætitia Lesaffre est peintre, elle travaille à l’acrylique et utilise des collages.

Les éditions Talents haut fondées en 2005, ont publié plus d’une centaine d’ouvrage sur le thème de l’égalité des sexes et du bilinguisme. Nous vous invitons à rencontrer ces jolis ouvrages pour les plus petits mais aussi des romans pour les ado que les adultes adoreront lire…

Claire Pontais

+++ LIRE LA SUITE +++