Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
1978 : Révolte et résistance d’une profession !! - EPS & Société

Accueil > Ressources & Contributions > Politiques éducatives / Syndicalisme > 1978 : Révolte et résistance d’une profession !!

repère

1978 : Révolte et résistance d’une profession !!

Jacques Rouyer - 2004

L’agression
Avril 78, après la défaite de la gauche désunie aux Législatives, la lancinante question de l’EPS, bien présente dans le débat politique, continue de peser sur les consciences gouvernementales. 38% des classes ont encore moins de 2 h !
Jean-Pierre Soisson qui est nommé ministre de la JS par Raymond Barre, 1 er ministre du Président VGE, entend tirer les leçons de l’échec des CAS et de la loi Mazeaud (cf. chronique précédente). II va essayer, dans le cadre d’un budget de pénurie, de répondre paradoxalement aux besoins de l’EPS mais sur le dos des enseignants et du sport scolaire. Cela en développant, en fin politique, une stratégie d’isolement du SNEP !Préparé pendant les vacances, un " Plan de Relance " explosif est présenté le 31 Août.
II prévoit pour récupérer des heures par tous les moyens :
- la réduction du " forfait AS " de 3 à 2 h
- l’obligation de 2 h supplémentaires pour chaque enseignant
- la récupération de 600 postes retirés des SUAPS, de l’EP spécialisée, de l’extrascolaire
- un plan de transferts de postes des lycées vers les collèges
- enfin, Zéro création de poste de professeurs au budget 79

La révolte
La réaction va être immédiate :Grève unitaire réussie le 21 septembre (appel snep-sneeps obtenu non sans difficultés) puis levée en masse exceptionnelle avec la manifestation du 13 octobre : 30 000 à Paris, la moitié de la profession, les 2/3 des étudiants, et le droit obtenu, signe médiatique, de s’expliquer en l ère page du Monde ! Le député de Paris, Lionel Jospin, était même venu nous saluer !
Soulignons que les ressorts de la mobilisation ont été autant pédagogiques que corporatifs. La mise en cause du sport scolaire, du professorat, plus l’autoritarisme, ont été reçus comme une atteinte à l’identité professionnelle. Au matin du 13 Octobre, à Beaubourg, les retrouvailles fraternelles avaient des airs de fête !
19 octobre, 7 novembre, nouvelles grèves avec manifestations, à Paris, on décore l’Opéra !
Soisson est en difficultés, son budget est reporté du fait de la défection du RPR et il doit annoncer 300 créations de postes de profs ce qui évitera le pire et permettra 400 postes au CAPEPS 79 contre 485 au professorat ? adjoint (1 ère inversion significative quand même du rapport des recrutements ).

La résistance
Mais la vie n’est pas un long fleuve tranquille... Le Snep s’efforcera d’inscrire l’action dans la durée non sans débats difficiles avec les tenants de la grève illimitée " jusqu’à satisfaction " et malgré les suspicions de " trahison ". La grève reconductible par semaine sera inventée, 8 auront lieu au total au 1er trimestre avec parfois des "suppléments "régionaux et de multiples initiatives... Puis l’essoufflement viendra avec l’absence d’élargissement de l’action à toute l’EN.
Soisson refusera de discuter avec le SNEP et une fausse négociation ministère ? FEN sur les rythmes scolaires sera instituée avec un Sneeps flottant et un syndicat des instituteurs réclamant des PEGC bivalents EPS ! La FEN tentera même de négocier notre capitulation.
L’action portera aussi spécialement sur le sport scolaire : un Appel rassemblera 5000 signatures de responsables et champions sportifs, le 24 janvier se tiendra une journée nationale de cross anti-Soisson ou de galas du sport scolaire, le 31 mars, à la Sorbonne, une convention de défense du sport scolaire et une manifestation tonique le 3 juin à Charléty au championnat UNSS auxquels Soisson n’osera se montrer. Enfin, après une consultation et une campagne de conviction le congrès du SNEP lancera un appel pour le " maintien " de l’A.S dans le service malgré ceux se prononçant pour " réduire " voire pour un boycott suicidaire !
Dès la rentrée 79,une grande journée pour le maintien du sport scolaire se tiendra le 24 octobre avec l’appui des parents et des chefs d’établissements. La guérilla continuera !

Quelques leçons
Des moments glorieux ... un bilan contrasté !
Cette année là, de nombreux collègues ont fait leur première grande expérience d’une lutte collective avec son cortège de découvertes, de joies, d’illusions mais aussi d’ignorances de la dure réalité des rapports de forces, des manœuvres diverses et des faux amis.
Certains garderont durablement leurs incompréhensions et leurs déceptions et la syndicalisation faiblira un peu ; mais pour une grande majorité, c’est plutôt la fierté d’avoir bien "tenu" qui domine et la conscience de faire partie d’une profession syndicalement bien organisée et assez solidaire pour réussir une telle " révolte professionnelle ". Le 13 octobre deviendra un grand moment de la mémoire collective. Le SNEP, qui " ne tourne pas la page " rassemblera 78,6% des suffrages aux élections professionnelles de 1980. Au cour de ces actions, le Snep aura expérimenté des formes de démocratie syndicale : publications intégrales de comptes-rendus d’audience, assemblées générales, consultation, etc ... Quant au bilan revendicatif, il faut sans doute distinguer le regard du moment et le regard post 81.
Le retour au forfait AS de 3h n’a pas été obtenu immédiatement et il a fallu attendre 1981 pour gagner.. Ceci doit nous faire mieux mesurer aujourd’hui sa valeur ! L’essentiel des transferts a été réalisé avec des dégâts durables en lycée et pour les enseignants concernés. Mais il y a eu une bonne résistance contre l’imposition d’HS, une lutte pour des gains de postes au budget suivant et un progrès notable des horaires collèges !

Happy End ou la revanche de 81 :
Le SNEP aura aussi acquis un capital d’influence qui s’avérera très utile après les présidentielles de 81 ...A suivre donc...
Anecdote significative : c’est le poster du 13 Octobre 78 qui sera remis, avec le commentaire " Voilà la profession ’ ; au ministre Alain Savary lors de la 1ère audience à l’Education Nationale le 11 juin 1981 !

NB : Le livre de M. Berge "A nos marques ? 12 ans de luttes pour l’EPS" retrace cette période. Commandes au SNEP, 50 F port compris

Pour continuer ...

Rechercher des contenus !



A lire aussi