Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Conseils pour une programmation en maternelle - EPS & Société

Accueil > Ressources & contributions > Didactique et pédagogie > Conseils pour une programmation en maternelle

repère

Conseils pour une programmation en maternelle

Collectif Primaire - 10 avril 2018

La programmation des APSA pour sa classe ou pour l’école est une question fondamentale pour les équipes enseignantes.

Voici quelques repères horaires, repères pour choisir les APSA et repères d’acquisitions en fin de maternelle

Assurer les horaires et augmenter le temps de pratique

Quelques repères pour la maternelle :

3 heures d’EPS par semaine : cela correspond à une séance par jour de 30 à 45 mn effectives.
La durée d’un module d’apprentissage : 12 à 15 séances (c’est un minimum pour que des transformations s’opèrent et se stabilisent).
Dans chaque séance, la quantité d’activité doit être un objectif prioritaire (actuellement 5 minutes en moyenne. C’est trop peu). Pour cela, proposer :

  • Des contenus qui permettent aux élèves de s’engager avec plaisir dans l’action à partir de ses propres compétences
  • Des formes de travail offrir un maximum de liberté de mouvement (éviter les « parcours » et leurs files d’attente
  • Une situation stable pendant la durée du module pour éviter de changer toutes les règles et consignes à chaque séance. (voir nos situations testées)
  • Travailler en classe avant/après la séance (langage) à partir du vécu collectif.

Comment choisir les APSA ?

Faire référence aux APSA permet proposer des situations qui ont du sens pour les élèves et aide l’enseignant.e à identifier et faire évoluer les contenus dans cette logique.

Les élèves savent être « petits nageurs », « petits danseurs », « petits acrobates », etc. Ils savent faire la différence entre l’athlétisme (projet de performance : sauter le plus loin possible) et la gymnastique (épater des spectateurs : sauter pour arriver sur ses pieds). Avec un ballon, leur projet n’est pas le même suivant qu’il s’agit de GR ou jonglerie (lancer et rattraper pour épater), d’athlétisme (lancer le plus loin possible) ou de jeux collectifs (lancer sur une cible fixe ou mouvante pour gagner). Sur un même espace d’évolution, ils sont capables de faire la différence entre un projet d’escalade (je suis alpiniste/aventurier.e) et un projet de gymnastique (je suis acrobate). Lien classification

Le nombre important d’APSA existantes impose de faire des choix, en fonction des objectifs de l’école et

  • de l’âge des enfants qui, en maternelle, ont des potentialités énormes. Les expériences qu’ils vont vivre vont permettre leur développement.
  • des conditions matérielles de l’école. A savoir à minima :
    • une grande cour (athlétisme, jeux collectifs, vélo)
    • une salle d’EPS avec du matériel modulable (gymnastique, escalade)
    • des tapis (gymnastique, lutte)
    • du matériel à manipuler, en particulier des ballons, cerceaux, .. (GR ou jonglerie, athlétisme, jeux co)
    • du matériel pour délimiter et organiser (plots, lattes, chasubles)
  • du fait que les enfants ne sont pas encore autonomes, mais capables de « s’entraîner » en autonomie si le projet leur plait
  • des choix d’approches pluridisciplinaires avec certaines APSA (danse, orientation, athlétisme)

Des APSA plus adaptées que d’autres

Certaines APSA, sous réserve d’un traitement spécifique, sont plus adaptées que d’autres aux petits et aux conditions de l’école maternelle.

APSA à programmer tous les ans à tous les niveaux :

  • la danse ( danse expressive et danses traditionnelles)
  • les jeux traditionnels,
  • les jeux athlétiques,
  • la gymnastique,
  • la GR ou jonglerie (choisir le ballon en priorité).

En petite section, on peut doubler les modules (notamment celui de gymnastique) parce qu’il faut du temps pour les stabiliser.

APSA à programmer au moins une fois dans la scolarité maternelle :

  • les jeux de lutte
  • la course d’orientation
  • la natation
  • l’escalade
  • les activités de roule et de glisse (draisienne et vélo en priorité)

Finaliser l’EPS par des « évènements » sportifs ou artistiques

Toutes les activités peuvent faire l’objet de rencontres. A la fin de la scolarité maternelle, les enfants devraient avoir vécu a minima les expériences suivantes :

  • Un « vrai » spectacle (de danse, de gymnastique, de cirque ou de GRS…)
  • Une rencontre de jeux athlétiques
  • Un bal folk (danses collectives au sein de l’école ou entre écoles)
  • Une sortie de pleine nature (en forêt, parc, classe de neige ou classe verte)
  • Tous les enfants devraient savoir faire de la draisienne ou du vélo sans stabilisateur.

Ainsi que :

  • Avoir vu régulièrement des vidéos de sports adultes, de danse ou de cirque.
  • Si possible, une sortie dans une salle spécialisée de gymnastique (sur les agrès des grands, grand trampoline, fosse… !), de judo, etc.

Divers types de programmation en fonction des salles disponibles :

Les conditions matérielles vont souvent déterminer la façon de s’organiser :

Si l’on considère qu’il y a 1 séance d’EPS par jour (4 par semaine), on peut faire au total 12 modules de 12 séances dans une année scolaire.
De quoi assurer à la fois la diversité de sollicitations et une quantité suffisante de pratique pour stabiliser les apprentissages.

Si l’EPS se fait uniquement dans l’école :

  • 2 activités différentes par semaine (Lundi-Mardi : gymnastique / Jeu-Ven : jeux collectifs)
  • Formule stage : la même activité tous les jours pendant 1 mois (ex : gymnastique ou escalade avec du matériel itinérant qui reste installé, ex : natation tous les matins pendant 3 semaines)

Si un gymnase hors de l’école est disponible (et/ou une autre salle)

  • Tous les lundis au gymnase (jeux collectifs et athlétisme), les 3 autres jours la même APS
  • 1 APSA différente chaque jour en fonction de la salle utilisée Il peut y avoir d’autres organisations en fonction du contexte local. Ce qui compte au final, c’est d’assurer l’horaire officiel (3h)

Autres paramètres qui peuvent guider :

  • Si deux APSA sont programmées, les choisir de façon à éviter les confusions de sens ou les surcharges cognitives :
  • Individuel / collectif
  • Intérieur/extérieur
  • Activité technique / activité artistique
  • Des finalisations différentes (ex : pas gymnastique et danse en même temps, si les deux sont finalisés par un spectacle)
  • Pas deux sports avec ballon ou balle en même temps (ex : ballon GR , jeux co avec ballon)

Quelques exemples de programmation

Uniquement avec une salle d’EPS

Classe de Petite section

PNG - 21.3 ko

Classe de MS-GS

PNG - 20.7 ko

Avec une salle d’EPS dans l’école et un gymnase (PS-MS et GS)

PNG - 53.1 ko

Un exemple de programmation EPS à l’école maternelle

Une programmation d’école permet d’assurer une diversité d’APSA tout en assurant une stabilisation des apprentissages. Elle permet aussi un travail d’équipe sur une même période (projets communs, mise en place commune du matériel).

PNG - 39.3 ko

Intérêt d’avoir un ou une enseignante-ressource EPS dans l’école

Dans plusieurs départements, la mise en place de personnes-ressources EPS a déjà été expérimentée, sur la base du volontariat, suite à des actions de formation continue. Intérêt :

  • impulser le projet EPS au sein de l’équipe (programmation d’école, rencontres)
  • aider les collègues en concevant les situations,
  • permettre la co-intervention
  • animer les rencontres interclasses et/ou inter-écoles et le sport scolaire (USEP)

Ce système, qui peut être élargi aux arts, aux sciences, …permet d’assurer en équipe la polyvalence des enseignements. Une généralisation de ce dispositif serait bienvenue.

Pour continuer ...

Rechercher des contenus !



A lire aussi