Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
EPSiliades 2010 - EPS & Société

Accueil > Contrepied > EPSiliades 2010


Retrouvez les suppléments électroniques dans ce sommaire

Quel rebond ? (A. Becker)

Dossier

  • Un moment fort de l’EPS, des réflexions des perspectives (Y. Léziart)
  • Courage (P. Goirand)

Paroles

  • Apprendre la culture athlétique dès l’école primaire (J. - C. Farault)
  • Tri grimpe (Y. Renoux)
  • Double duch : des cordes et des sauts (J. Mahoto)
  • Dans les coulisses (M. Rotenberg)
  • Une table ronde évocatrice de lieux stimulants (C. Martinez)
  • Un syndicalisme capable de rassembler au delà des militants (S. Chabrol)
  • Le signe d’un dynamisme qui donne envie (R. Barras)
  • La spécificité de l’EPS : le chantier de demain (A. Hébrard)
  • Constance et persévérance (L. Cédelle)
  • Un moment fort de vie commune de notre groupe (C. Collignon)
  • Faitre le tri dans l’espace des médias (D. Garcia)
  • Mettre à disposition des jeunes un mode d’emploi de l’APSA (P. Villepreux, S. Reitchess)
  • Donner de l’existence à toutes les créations de l’EPS (M. Avisse)
  • EPS à l’école primaire : quel pas en avant possible ? (C. Pontais)
  • La force syndicale est originale et nécessaire (R.- M. Repond)
  • Dans un monde complexe il faut des débats contradictoires (B. Groison)
  • Les Epsiliades, un événement historique ? (G. Véziers)
  • Pepsteam, un réseau virtuel qui se rencontre (F. Colombat)
  • Déconstruire les idées reçues (SOS Homophobie)
  • Des confrontations fructueuses pour le service public (N. Debotte)
  • À propos de... controverses (A. Becker)
  • Par la danse ou l’écriture, solliciter chez l’autre une part créative (C.Pujade-Renaud)

La recherche

  • Équité sexuée et centrations intentionnelles (C. Patinet)

Grand format

  • Interaction et apprentissage (J. Marsenach)

Kiosque


contrepied n° 27 - février 2011

EPSiliades 2010

Quel rebond ?

EPSiliades 2010

Les Epsiliades font déjà partie du passé ! Eh oui, le présent a cette caractéristique : il ne dure pas. Même pour ceux qui vainement s’échinent à le prolonger… Car il faut bien se protéger de la nostalgie, cette mauvaise conseillère.

Et pourtant, c’était bien les Epsiliades !
Chaque fois c’est pareil, ils, elles viennent de partout, parfois de loin. Font le choix librement d’y être, d’en être. Se reconnaissent, se découvrent, discutent, se disputent, s’enthousiasment, bref, vivent ensemble l’espace d’un long week-end. Ils partagent des émotions, des complicités, des indignations, des colères. Peu s’ignorent. Venus pour débattre, la tête pleine d’idées, d’expériences, ils sont là pour échanger sur leur façon de penser, de faire, plutôt de faire et de penser. Pour chan ger aussi sans doute, tant leur curiosité, leur soif d’apprendre et de comprendre, de controverses sont éclatantes.

Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, eux font l’histoire de la discipline.
En sont-ils suffisamment conscients ? Ils la font en s’en inspirant et, simultanément, y entrent et la rejoignent comme acteurs. Toujours entre continuité et rupture.
Guilhem Véziers dans ce numéro insiste sur ce mouvement.

Les inventeurs de l’événement ont choisi la diversité, la complexité comme univers. S’est ajouté à cela un choix de méthodes : la mise en exergue des contradictions qui traversent l’EPS, le sport scolaire, l’école, le sport, et leurs rapports, le souci d’inscrire les Epsiliades dans le champ du social et non dans celui du corporatisme. C’est un pari et un enjeu que certains, dramatiquement, ne comprennent pas. C’est une stratégie consistant à réinscrire l’EPS, sa nécessité fondamentale, dans la demande sociale. C’est un « projet social et culturel » global, pensé comme moteur d’une nouvelle ambition pour la discipline et ses enseignants.

Les Epsiliades, par leur réussite, nous donnent les moyens et la responsabilité de nous tourner délibérément vers l’avenir, de l’inventer collectivement.
Un rebond s’impose, mettons-nous vite au travail !

Alain Becker