Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Former les enseignants. - EPS & Société

Accueil > Contrepied > Former les enseignants.


Retrouvez les suppléments électroniques dans ce sommaire

Editorial

  • Militer pour une formation nouvelle (J. Rouyer)

Former des enseignants d’EPS

  • Quelle formation pour quel métier ? (C. Pontais)

Les besoins du métier

  • Paroles d’enseignants
  • Enseigner l’EPS, un métier complexe (A. Rhéty)
  • Faire son travail malgré tout (J.- L. Roger)
  • Former c‘est transformer (M. Fabre)

Etat des lieux

Articuler les formations

  • Dépasser les oppositions théorie, science et pratique (Y. Léziart)
  • Paroles
  • Pour y voir plus clair (Y. Léziart)
  • Escalade : lier histoire, didactique et apprentissage (E. Véra)
  • Former des polytechniciens (A. Catteau)
  • Athlétisme : la pratique sur le stade et la théorie dans la classe ? (Y. Humbert)
  • Rugby : former à l’observation par la simulation (G. Uhlrich)
  • Formation dans les APSA : polyvalence ou option ? (P. Amarouche)
  • L’approche technologique au cœur des STAPS (D. Bouthier)

La formation au métier

Formation et recherche

  • La formation par la recherche (S. Brau-Antony)
  • Un passage difficile, la diffusion de la recherche en formation (D. Loizon)
  • La liaison formation-recherche, l’expérience de Spirales (P. Goirand)
  • Enjeux politiques, enjeux de société (A. Becker)

Magazine

  • Notes de lecture
  • Analyse de pratiques, miroir des apprentissages (J. Marsenach)
  • Alice Milliat, la passionaria du sport féminin (N. Charlier)
  • L’homme en mouvement, histoire et anthropologie des techniques sportives (P. Goirand)
  • La recherche ça peut servir
  • Des garçons et des filles en EPS, versions différenciées, mixité inachevée (J. Marsenach)
Contrepied N°20 - avril 2007

Former les enseignants.

Militer pour une formation nouvelle !

Former les enseignants.

Il y a une quarantaine d’années, délai historiquement très court, deux défis ont été lancés à la formation des enseignants d’EPS : surmonter la tradition académique de l’université et l’éclatement des contenus de formation, dépasser l’empirisme d’une profession riche cependant d’expériences pédagogiques et de modernité culturelle. Aujourd’hui, constatons que, compte-tenu des obstacles qui se sont accumulés et malgré des avancées réelles, la question de l’existence d’une formation cohérente et progressive demeure. Que souhaitons-nous ? Que les futurs enseignants soient en capacité, pour paraphraser Jérôme Bruner, de réussir une bonne entrée de tous les jeunes dans une culture citoyenne des APSA. En bref, nous ne voulons pas d’un animateur superficiel, ni d’un fonctionnaire conformiste, ni d’un faux psychologue social. Il faut donc construire une formation doublement militante et innovante, en sachant que le contexte est défavorable puisque notre société est à nouveau conduite à considérer l’EPS comme un luxe relevant sans doute du domaine privé. D’abord, après sans doute de trop longues fiançailles, il faut enfin réussir le mariage entre théorie et pratique, et parvenir à une approche scientifique et technologique des APSA intégrant le travail réflexif de l’étudiant sur l’expérience d’une pratique personnelle consistante. Une telle ambition qui combat le dualisme corps-esprit encore présent à l’université devrait motiver formateurs et étudiants. Ensuite cette formation doit être militante et innovante en instituant un rapport nouveau avec les savoirs didactiques et pédagogiques de la profession elle-même. Nombreux en effet sont les collègues qui ont l’envie et les compétences pour « apprendre à apprendre » aux futurs enseignants. Il faut imaginer tous les allers-retours et collaborations utiles liant formation initiale, formation continue, expérimentation et recherche pédagogique, en bref faire vivre une formation partagée ! Comme le prouve le contenu de ce numéro, des forces qualifiées sont disponibles. Un peu de volontarisme sera le bienvenu !

Jacques Rouyer.