Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Je fais un salto parce que le clown est énervé - EPS & Société

Accueil > Ressources & contributions > Je fais un salto parce que le clown est énervé

Résonnance

Je fais un salto parce que le clown est énervé

Jessica, espagnole, 28 ans, clown, apprentie à l’Académie Fratellini. - mai 2012

J’ai fait du sport jusqu’à l’âge de 22 ans, et puis je suis tombé sur des circassiens. Je me suis dit que ce pourrait être intéressant de mettre du cirque dans le sport parce que c’est un domaine qui touche à tout. On peut ainsi passer du sport au cirque et du cirque au sport.

Qu’y a-t-il de plus dans le cirque que dans le sport ?

L’artistique ! Tu le fais pour un public. Tout ce que tu apprends tu le fais pour toi aussi mais ensuite pour le donner à quelqu’un. Bien sûr il y a de la compétition aussi dans le cirque, dans la même spécialité on cherche à faire mieux que l’autre mais on le fait aussi autrement, pour dire, pour donner.

Est-ce que ça veut dire qu’il y a un message à donner ?

Non, tous ne le font pas. On peut déjà proposer, donner à voir le résultat du travail effectué, de sa difficulté, sans pour autant vouloir dire plus que ça. Moi j’ai décidé d’être clown pour dire tout ce que j’ai à dire mais je ne suis pas un politique, j’en profite pour dire des petits trucs. Pour moi ce qui est important c’est la sensibilité au monde. Tout ce qu’on voit et sur lequel on ne dit rien, on le dit mais on ne fait rien pour changer. Le clown lui ne le dit pas normalement, dans le sport tu ne peux pas dire ça, tu peux simplement être en compétition et respecter tes adversaires par exemple, et ce n’est pas si fréquent.

Qu’est-ce que tu retiens de plus important dans ta formation à l’académie ?

Le travail collectif, l’improvisation, le cours des arts que j’aime bien. Ce qui me manque dans le sport c’est le travail collectif, ici tu as toujours besoin de quelqu’un dans plusieurs domaines, c’est ce plaisir d’être avec les autres et c’est pour ça que j’aime bien la danse. Le travail de clown j’aime bien aussi, mais je suis toute seule. Le fait de jouer avec les autres je crois que c’est très important pour les gens.

Une journée d’un apprenti à l’académie c’est comment ?

Tous les jours ça change, pour moi c’est plutôt : danse, clown, acrobatie, recherche et création. Des séquences d’une heure et demi. Recherche et création c’est seul. Pour le reste, dans la partie technique c’est de l’entraînement de haut niveau comme en sport. Pour la partie artistique on travaille sur l’improvisation, en danse comme pour le clown. Moi si je choisis de faire un salto, je ne le fais pas dans le but d’en faire un deuxième plus dur, mais, par exemple, parce que le clown est énervé en ce moment !

Quand tu vas sortir de l’école vas-tu chercher à monter une compagnie ?

Je ne sais pas ce que je vais faire. Peut-être du Football, ou professeur de sport, ou participer à un spectacle si on me le demande, participer à l’audition pour le théâtre du soleil...je ne sais pas. J’aime bien le cirque mais j’aime beaucoup d’autres choses à côté, je peux faire du cirque comme de la biologie et aujourd’hui je ne veux pas boucler ma vie en faisant un choix définitif et ne pas connaître le reste. 

Cet article est paru dans Contrepied - C’est quoi ce cirque ? - Hors-série n°3 - mai 2012

Pour continuer ...

Rechercher des contenus !