Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
L’EPS, au carrefour des violences - EPS & Société

Accueil > Contrepied > L’EPS, au carrefour des violences


Retrouvez les suppléments électroniques dans ce sommaire

Paroles d’enseignants
Table ronde avec Line Kolasniewski, Brigitte Warnant, Michèlle Coltice, Mohamed Hassaine, Christine Peret, Eric Vera, Christophe Maufras

  • la violence s’impose à nous
  • Quand les établissements se mobilisent pour faire face
  • Enseigner quand même
  • Les temps forts, les projets périphériques
  • La danse, une expression qui rassemble
  • Enseigner dans les classes difficiles (J. Deleglisse, J.P. Smagghe)
  • En AS à la courneuve (Marc Henri Kugler)

Points de vue

  • Former pour intervenir dans les zones sensibles (Jean Jourdan)
  • Quelques éléments de réponses pédagogiques à la violence (Jean - Pierre Garel)
  • Pas de pédagogie sans risque (Marcel Berge)
  • La violence et l’école (Samuel Joshua)
  • Mais à quoi peut donc bien servir la violence ? (Jean Pierre Fons)
  • La violence dans les bandes d’hier et aujourd’hui (Pascal Duret)
  • Sport, violence et EPS (Paul Goirand)

Vie du centre

  • Colloques, séminaires, réunions
  • Recherches, Livres
contrepied n°4 - mars 1999

L’EPS, au carrefour des violences

Au carrefour des violences

L’EPS, au carrefour des violences

L‘école aujourd’hui subît des violences sociales croissantes. Les politiques, les éducateurs s’en inquiètent. L’usage des qualificatifs comme " établissements difficiles " , " zones d’éducation prioritaires ", " quartiers à risques " atteste de la réalité du problème.
Par ailleurs, pour certains, le sport peut être l’occasion de violence alors que pour d’autres le sport aurait la vertu de la neutraliser.
Les professeurs d’EPS seraient donc doublement concernés par ce mal du siècle. Leur discipline en tout cas qui traite du "physique" serait-elle plus sensible, plus exposée aux actes de violence, ou au contraire favorise t-elle une certaine dédramatisation ?
Ce numéro tente de répondre à ces interrogations en exposant des cas concrets, des témoignages vécus et en donnant à voir comment les collègues font face et s’en sortent. D’autres articles plus " généraux " apportent quant à eux un regard plus distancié.
Au travers de ces "expériences" émergent quelques questions plus décisives. Quelle est la qualité du "compromis pédagogique" ? Faut-il en rabattre sur les exigences culturelles ? Faut-il se contenter d’une école "pacifiée" protégée par un cordon sécuritaire ? Faut-il persévérer à réduire l’échec scolaire parce qu’il est lui-même source de violences des jeunes ? Quelles voies nouvelles trouver pour la réussite de tous ?

Jacques Rouyer.