Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
" Le sport, l’émotion, l’espace " : Extrait - EPS & Société

Accueil > Ressources & contributions > Didactique et pédagogie > " Le sport, l’émotion, l’espace " : Extrait

regard

" Le sport, l’émotion, l’espace " : Extrait

Bernard Jeu - septembre 2012

Extraits de Le sport, l’émotion, l’espace. Bernard Jeu, Vigot, 1977.

« En fait, on néglige trop le poids de l’histoire et de la culture, celui des émotions ainsi véhiculées. Il y a là tout un héritage d’expérience accumulée, ramassée, codifiée, stylisée des schémas de conduite, des comportements quasi instinctifs aux significations obscures, l’action persistante, insistante, et surtout motivante d’une affectivité ressentie dans la participation à une sorte d’inconscient collectif qui se matérialise dans les structures du sport ...
Dans ces conditions, il serait impossible, à moins d’une véritable démission intellectuelle, de se contenter d’une approche positiviste et utilitaire du sport. Le sport ne provient pas de n’importe quoi. Il a sa logique propre. Le sport s’inscrit dans le cadre de la culture populaire. Il se construit dans l’histoire où il trouve ses matériaux, ses techniques, son inspiration. Il se définit en fonction de la réceptivité d’un milieu social qui y découvre une image de soi. »

Extrait paru dans Contrepied HS n°4 - Sport demain, enjeu citoyen - Sept 2012

Pour continuer ...
regard

Le badminton, un cas d’école

Christian Couturier, avec le bureau - 17 mars 2021

 Le badminton est devenu en quelques années un des sports phares de l’EPS et du sport scolaire. Première activité en nombre de pratiquants à l’UNSS, activité la plus programmée en lycée, en développement constant au collège et à l’école primaire, elle est aujourd’hui incontournable. Il est remarquable, il faut le souligner dès à présent, que ce mariage avec l’EPS se soit fait sans aucune prescription de quelque nature que ce soit, et même sans que les enseignants soient véritablement formés à cette activité (la préparation dans les UFR ne dépasse guère aujourd’hui l’équivalent d’un ou deux cycles et la possibilité de la prendre en « option » au CAPEPS que depuis 2011).