Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Le travail gratuit : la nouvelle exploitation ? - Maud Simonet - Éditions (...) - EPS & Société

Le travail gratuit : la nouvelle exploitation ? - Maud Simonet - Éditions Textuel

Kiosque société

Note rédigée par Paul Goirand

Cet ouvrage est un travail très documenté à l’allure d’un compte-rendu de recherche dont la thèse principale pourrait se résumer par : « Le travail gratuit comme la forme moderne insidieuse du néo-libéralisme économique. Le titre interrogatif masque mal l’option dénonciatrice de l’auteur (e).
Précautions : il ne faudrait pas, par ignorance uniquement, réduire le travail gratuit au travail domestique et de ce fait, en faire une question de femme. Le travail gratuit se niche partout et il tend à se généraliser.

En 2010 il représente entre 33% et 71% du PIB en fonction de la méthode d’investigation retenue. Il est effectué par les femmes à 64 %. Ainsi le travail domestique représente-t-il 48 milliards d’heures contre 41 milliards pour le travail professionnel. Il prend des formes multiples et s’intègre dans les rapports sociaux capitalistes.

L’importance du sujet est souligné par le nombre de publications (livres ou articles) qui traitent du travail gratuit, du travail bénévole, du travail invisible, du travail domestique,
Le travail para- professionnel,… chacune d’elles prenant le sujet sous un angle particulier : difficulté de circonscrire et définir sa nature de travail - dénonciation de l’exploitation sous le fallacieux prétexte de sa valeur citoyenne - dénonciation du patriarcat dans l’attribution du travail gratuit ou rémunéré.

L’ambition de cet ouvrage est d’analyser les différentes formes de travail gratuit qui nous interpellent aujourd’hui en plus des tâches ménagères et du travail domestique : bénévolat associatif, service civique des jeunes, travail non rémunéré sur internet, travail obligatoire pour les allocataires de l’aide sociale … pour chercher leur principe commun en repartant des grandes leçons de l’analyse féministe du travail domestique .
Les débats autour du travail gratuit tourne autour de la définition du travail gratuit (activité non rémunérée, activité invisible, activité non reconnue ; faut-il toujours parler de travail) ; autour de sa fonction sociale et économique intégré au processus d’exploitation capitaliste. De ces débats des questions qui sont soulevées se dégagent des éléments centraux de compréhension et d’analyse du travail domestique :

Leçon 1 : La première leçon a trait à la valeur du travail domestique. Le travail domestique est bien plus qu’un travail sans rémunération, c’est un déni de travail, une non reconnaissance comme travailleuse au nom d’une reconnaissance comme femme, mère, épouse. Le travail gratuit, celui qui a préoccupé les féministes, est tout à la fois gratuit et invisible comme travail parce que visible comme amour. La notion de travail gratuit telle qu’elle se dégage de cette perspective féministe est donc une appropriation comme travail d’une activité qui n’est pas vécue comme telle parce qu’elle est exercée au nom de l’amour, au nom de là générosité et de la citoyenneté.

Leçon 2 : Toutes les formes d’exploitation ne passent pas par le marché. Elles ne se mesurent pas toutes par le profit monétaire. Elles ne se conçoivent pas toutes comme une différence comme une soustraction ; elles ne se mesurent pas toutes par le profit monétaire.

Leçon 3 : Les travaux féministes sur le travail domestique mettent en lumière combien le travail gratuit est pris dans des rapports sociaux, de sexe bien sûr mais aussi de classe et de race.. Il l’est à la fois dans les processus d’assignation (le travail gratuit est principalement assigné aux femmes et dans ses usages sociaux ) il n’a pas le même sens pour les femmes blanches des classes moyennes et les femmes racisées des classes populaire..

L’ouvrage de Maud Simonet est intéressant pour le soin qu’il prend à montrer comment s’articule le travail gratuit et le libéralisme capitaliste ; comment sous le prétexte de citoyenneté éthique, le travail gratuit est proposé aux jaunes particulièrement ; comment il trouve sa place dans le marché du travail intégré au processus d’invisibilisation, de gratuitisation, et de déréglementation du travail public.

« On travaille gratuitement certes par passion mais aussi de plus en plus, en vue de cet emploi futur sur lequel ce travail futur pourrait déboucher. »
Le système en arrive à faire payer le demandeur d’emploi pour qu’il obtienne un travail pour lequel il ne sera pas rémunéré. Le comble de l’exploitation !

En conclusion, deux scénarios sont proposés : le premier résumé par la formule : « dissoudre le travail gratuit dans le salariat » (Les luttes pour faire reconnaître l’activité comme travail et bénéficier de la protection légale) s’inscrivent dans cette perspective ; le second résumé par la formule : » dissoudre le salariat dans le travail gratuit « (l’idée du revenu universel appelé aussi revenu de base s’inscrit dans cette perspective.). Scénarios discutés aussitôt formulés. Ce qui fait de ce livre une invitation à poursuivre la réflexion. Dernière phrase du livre : « La seule chose que l’on puisse souhaiter, c’est faire en sorte que personne ne travaille gratuitement pour quelqu’un d’autre. »


D'autres suggestions de lecture ...
Kiosque égalité-genre

Boys, boys, boys, Joy Sorman, Folio, 2005.

Joy Sorman ne parle pas directement du sport ... pourtant c’est bien de combat qu’il s’agit.

++ En savoir plus ++
Kiosk’Roman

Le roman à l’eau de bleu,Isabelle Alonso, ed. Héloïse d’Ormesson.

On se demande pourquoi personne n’y avait pensé plus tôt. était-ce si impensable un monde où le féminin l’emporte sur le masculin ? en écrivant son roman totalement au féminin, Isabelle Alonso crée un univers où le pouvoir politique repose entièrement sur les femmes.

++ En savoir plus ++
Kiosque société

Capitalexit ou catastrophe, Jean et Lucien Sève Édition - La Dispute, 193 p.

Ce livre aurait pu s’intituler : Comment faire la révolution aujourd’hui et autrement ? Dans Capitalexit ou catastrophe, l’historien Jean Sève et le philosophe Lucien Sève dialoguent sur les finalités, les fondamentaux et les outils d’une stratégie de transformation de la société. Passionnant !

++ En savoir plus ++
Kiosque société

Happycratie, ou comment l’industrie du bonheur a pris le contrôle de nos vies, de Edgar Cabanas et Eva Illouz, Editions Premier Parallèle, 2018

Petit livre étonnant.
Sa lecture m’a fait découvrir ce qui se révèle être une opération de grande envergure, à l’échelle de la planète qui ne manquera pas de pénétrer la sphère de l’éducation et de l’EPS. Il s’agit de propager de façon agressive, une philosophie très individualiste qu’on peut résumer par la formule : « le bonheur est en vous. ».

++ En savoir plus ++
Kiosque sport

Regards sur le sport

L’Insep continue de conserver un regard sur le sport de haut niveau. C’est le cas de la collection d’interview de la collection regards sur le sport pilotée par Benjamin Pichery. Des entretiens avec de nombreux auteurs dont alain Berthoz, isabelle Queval, Michel Serre, Michel Onfray et Joel De Rosnay. A découvrir sans modération.

++ En savoir plus ++
Kiosque Magazine

Les Sportives magazine

Trimestriel de 68 pages à 4,99 euros. Les Sportives est un trimestriel d’informations, de reportages, d’idées sur le sport au féminin : portraits, enquêtes, culture et média, société ou santé.

Ce magazine s’intéresse à toutes les sportives, des championnes aux sportives du dimanche, et met en avant un grand nombre d’entre elles qui sont oubliées des médias. Il tente de lutter contre les clichés et les stéréotypes sexués. Le SNEP-FSU est partenaire de cette revue et est rédacteur de deux rubriques à chaque numéro. Ce magazine atypique, est portée par une équipe de bénévoles, soucieuse de répondre à un public large. Il mérite d’être soutenu. Abonnez-vous ! Consultez le site !

>> Visiter le site des Sportives

++ En savoir plus ++
Kiosqu’société

Carnets rouges, n°5, décembre 2015.

++ En savoir plus ++
Kiosqu’ école

Intervenir en situation de violence, du choc à la réponse adaptée, Jean-Luc Pilet, Catherine Guihard, Agnès Obringer, Daniel Brice, éditions Chroniques sociales, 2015.

++ En savoir plus ++
Kiosqu’ école

Aux frontières de l’école, institutions, acteurs et objets, Patrick Rayou, Presses Universitaires de Vincennes, 2015.

++ En savoir plus ++
Kiosqu’EPS

La natation de demain, Raymond Catteau, éditions Amphora, réédition 2015.

++ En savoir plus ++
Kiosque Sport

La bible du running, Jérome Sordello, éditions Amphora, septembre 2015

++ En savoir plus ++
Kiosque Société

Ulysse, les chants du retour, Jean Harambat, éditions Actes sud BD, 2014

J’avais lu le précédent ouvrage de Jean Harambat sur le rugby. Le thème du rugby, ses dessins, son histoire, j’étais alors complètement absorbé par son univers. Je me surprenais même à ralentir la lecture pour conserver la fin pour un moment propice de la semaine.

++ En savoir plus ++

Encore plus de notes de lecture ?