Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Mes profs de gym m’ont appris à penser, Michel Serres, Ed. Cherche-midi / (...) - EPS & Société

Mes profs de gym m’ont appris à penser, Michel Serres, Ed. Cherche-midi / INSEP, 2020.

Kiosque Société

Note rédigée par Claire Pontais

Un beau titre pour ce petit livre qui reprend les entretiens de Michel Serres donnés à l’INSEP. Une mine d’or pour tous les amateurs de citations tant Michel Serres a le sens de la formule, frôlant la poésie : « Le corps peut beaucoup de choses, il peut même des choses que je ne sais pas encore, il peut quelques fois même l’impossible… ». M. Serres prend à contrepied la pensée toujours tenace selon laquelle « les facultés mentales précèdent cette matière lourde qu’on appelle le corps » et montre au contraire, que « le corps est intelligent », que « l’être humain a une capacité d’invention par corps », et croit même que « l’intelligence ne fait que jouer le dernier coup ».

« Le corps est selon moi beaucoup plus intelligent, il est vraiment le logiciel sur lequel on peut programmer beaucoup de choses ». D’où l’importance d’« apprendre par corps » et de l’hommage à ses profs de gym et ses guides de haute-montagne. Ce livre est constitué de très courts chapitres qui se font écho. Sont abordés le rapport entre corps et évolution technique, le ballon et « son érotisme puissant », la notion d’équipe et l’idée fondamentale pour M. Serres du « sport comme substitut à la guerre ». « Ce que j’admire le plus dans les sports co, c’est justement l’apprentissage de la gestion de la violence ». Après les aspects philosophique, social, politique, voire religieux du sport, Michel Serres s’attaque aux « basculements » générés par la compétition : l’identité, la drogue, l’appartenance, le marché. Pour lui « la question qui va gagner ? est la drogue moderne. Il faut savoir prendre congé de cette question ». Si l’on ne peut qu’être d’accord avec ses constats… beaucoup d’entre nous serons surpris par ses conclusions qui invitent à « imaginer un sport tout autre où il n’y aurait plus de confrontation, où la question même disparaîtrait ». Je regrette de ne plus pouvoir poser cette question à Michel Serres : Comment rencontrer tous les aspects positifs du sport qu’il énonce, en proposant – comme il le fait – une « EPS personnelle, individuelle », à des élèves qui pratiqueraient « des activités sportives sans souci de performance, de confrontation, de gain ou de perte, de victoire ou de défaite » ? Oui…comment gérer cette contradiction ?


D'autres suggestions de lecture ...
Kiosque Sport

Le sport porte en lui le tout de la société. Edgar Morin, INSEP, Ed. Cherche Midi, 2019.

« Un enfant qui fait du sport sculpte son cerveau » et la « nécessité d’être confronté à des épreuves pour savoir qui je suis » sont deux belles assertions que l’on partage. En même temps une approche trop unilatérale du sport de haut niveau le conduit à militer pour le sport de petit niveau qui serait porteur de « relations plus intimes et plus intenses », de socialité et moralité. Cette approche le conduit à penser que « l’épanouissement par le sport et par l’art, ne devrait se faire qu’en dehors de l’école ». Bon débat d’actualité !

++ En savoir plus ++
Kiosque Politique

Capital et idéologie, Thomas Piketti, édition du Seuil, 2019.

Ne vous laissez pas impressionner par les 1200 pages qui vous attendent. La lecture est aisée et vivifiante. Le projet ? « Chaque société humaine doit justifier ses inégalités : il faut leur trouver des raisons, faute de quoi c’est l’ensemble de l’édifice politique et social qui menace de s’effondrer ».

++ En savoir plus ++
Kiosque Roman

Némésis, Philip Roth, éditions Gallimard, 2012.

1944 : Newark, New Jersey, Eugène Cantor, professeur de gymnastique et responsable de terrains de jeu a à faire face à une épidémie de poliomyélite qui court dans toute la ville.
Homme de devoir, Eugène dit Bucky, veut donner espoir aux élèves dont il a la charge en continuant d’assurer les séances de softball, malgré l’hospitalisation et le décès de certains d’entre-eux. Mais qui dissémine cette maladie ?

++ En savoir plus ++
Kiosk’ Recherche

Une histoire de l’éducation physique dans les instituts médico-éducatifs (1838-1909). De la gymnastique médicale à l’éducation physique scolaire

Ce nouvel ouvrage de Pascal Brier est le fruit d’une recherche universitaire qui couronne un long travail de pionnier dans le champ de l’éducation physique adaptée. Dans le contexte actuel d’une éducation physique scolaire se voulant inclusive, l’ouvrage de Pascal Brier éclaire fort opportunément, le rapport existant entre sciences médicales et et sciences de l’éducation physique au 19e siècle et au début du 20e siècle : rapports de dépendance, rapports de subordination aussi ...

++ En savoir plus ++
Kiosque sport

Rugby en péril, Jean-Yves Viollier, édition Atlantica, 2019.

Jean-Yves Viollier est l’auteur de cet ouvrage compact et engagé. Ancien journaliste à L’équipe, le rugby dès sa plus jeune enfance a toujours fait partie de son éducation de sa culture, de sa vie. Les valeurs du rugby ne sont pas seulement déclaratives : elles ont structuré sa vie, ses relations et ses choix ; amitié, solidarité, abnégation, altruisme ne sont pas des slogans pour l’auteur ; le rugby fut, et est encore aujourd’hui pour lui plus qu’un sport, c’est une quasi éthique nécessaire.

++ En savoir plus ++
Kiosque politique

Le crépuscule, Juan Branco, au Diable vauvert, 2019.

Dans son livre Crépuscule et dans son interview Thinkerview l’avocat Juan Branco raconte les mécanismes de reproduction des élites par les grandes écoles qui ont permis l’accession de E. Macron au pouvoir. Il raconte aussi les influences du « petit cercle parisien » sur les prises de décision des hommes qu’ils ont placés au pouvoir.

++ En savoir plus ++
Kiosque Société

Territoires vivants de la République, ce que peut l’école : réussir au-delà des préjugés, coordonné par Benoit Falaize, éditions la découverte, 2018.

Comme un cri du cœur et de la pensée, plusieurs enseignant-es se regroupent pour résister aux amalgames, à l’image que les médias accrochent à ces écoles ségréguées des milieux populaires. Un collectif qui entend à la fois dénoncer les politiques ségrégatives de l’état, les inégalités persistantes et donner à voir les pratiques ambitieuses et volontaristes des enseignant-es.

++ En savoir plus ++
Kiosque Philo

De la philosophie considérée comme un sport, Jacques Bouveresse, éditions Agone.

C’est un tout petit livre. Le titre m’a attiré. Jacques Bouveresse, un des philosophes français contemporains les plus solides, quoique fort peu médiatisé, nous explique comment la philosophie de Paul Valery est une pratique qui s’apparente à un sport d’une certaine sorte, qui exige un entraînement constant et intensif de « l’animal intellectuel ».

++ En savoir plus ++
Kiosque Société

Contre la bienveillance, Yves Michaud. éditions Stock, 2016.

Plus la République, ses fondements et les principes qui la régissent sont remis en cause par les personnes ou groupes de personnes, plus les réponses politiques tendent à poser des sparadraps sur des plaies ouvertes. Le livre d’Yves Michaud commence avec le massacre des douze journalistes de Charlie hebdo. Puis, il attaque de front, l’idée développée dès le titre de l’ouvrage, la notion de bienveillance.
Cette dernière serait le remède à la folie du monde ?

++ En savoir plus ++
Kiosque Pédagogie

De l’étonnement à l’apprentissage, Joris Thievenaz, éditions De Boek, 2017.

L’enjeu majeur de la conceptualisation d’une démarche pédagogique autour de la notion d’étonnement réside dans le fait qu’elle suppose une activité du sujet, à la différence de la surprise, où il s’agit d’une réaction passive. L’auteur convoque plusieurs disciplines (philosophie, épistémologie, anthropologie) pour nous expliquer son caractère (quasi) révolutionnaire par le dépassement de l’ancien, des croyances, des traditions, voire superstitions.

++ En savoir plus ++
Kiosque Jeunesse

Respire, Ines Castel-Branco, éditions Rue du monde, 2017.

Une maman et un petit garçon dialoguent au sujet de la respiration. à partir de petits exercices sous la forme d’images et d’histoires poétiques, la maman aide son enfant à prendre conscience de sa respiration et à renouer avec le calme.

++ En savoir plus ++
Kiosque Jeunesse

Tous en grève ! Tous en rêve !, Alain Serres et Pef, éditions Rue du monde, 2018.

Avec cette publication pour fêter les 50 ans de mai 68, Rue du monde joue son rôle d’agitateur des consciences et d’éducation populaire et politique.

++ En savoir plus ++
Kiosque Société

Et si l’effondrement avait déjà eu lieu, Roland Gori, Ed. Les liens qui libèrent, 2020.

Ce n’est pas d’un effondrement qui vient, développé par les collapsologues dont parle l’auteur, mais de celui qui a déjà eu lieu et au cours duquel nous tentons collectivement de chercher une issue. C’est la façon dont le progrès a été pensé, allié au discours progressiste, à l’évolutionnisme, à l’emballement des découvertes techniques que la perte de la maîtrise du temps conduit à l’impasse actuelle. Les sciences, l’histoire, la psychanalyse (sa spécialité) sont convoquées pour appeler à un ressaisissement citoyen, qu’il a cherché à mobiliser à travers son « Appel des appels ».

++ En savoir plus ++
kiosque jeunesse

Nous sommes tous des féministes, Chimamanda Ngozi Adichie, illustré par Leire Salaberria, Ed. Gallimard jeunesse, 2020.

Le centre EPS et Société, ne peut être que sensible à la publication par les éditions Gallimard de ce célèbre manifeste de l’autrice Nigérianne Chimamanda Ngozi Adichie. Avant de lire ce livre je n’avais jamais entendu parler d’elle. Qui a dit que la littérature jeunesse était réservée aux enfants…
L’autrice y aborde la question de l’égalité des sexes avec beaucoup d’humour au travers de son expérience et d’anecdotes de son enfance.

++ En savoir plus ++
kiosque jeunesse

Sans armure, Cathy Ytak, Ed. Talents hauts, 2020.

Si vous ne connaissez pas les éditions Talents hauts prenez le temps de flâner dans leurs livres de littérature jeunesse mais aussi dans leurs romans. Les romans de la collection Ego plongent dans la vie des ados pour raconter des histoires de différences, d’égalité, de la vie qui se dessine au singulier dans une société plurielle. Dans le roman Sans armure, l’autrice nous livre le récit d’une histoire d’amour.

++ En savoir plus ++

Encore plus de notes de lecture ?