Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Foot : se former à regarder et à réfléchir sur ce que l’on voit. - EPS & Société

Accueil > APSA > Jeux et sports collectifs > Foot : se former à regarder et à réfléchir sur ce que l’on voit.

Des pratiques

Foot : se former à regarder et à réfléchir sur ce que l’on voit.

Julien Pitard - 15 mai 2014

Dans son collège le football n’est pas enseigné en EPS malgré une section sportive. Julien Pitard propose des étapes qui permettraient de démarrer l’enseignement du foot en s’appuyant sur les élèves de la section, très bons joueurs de foot. Plutôt que de susciter la peur, ils deviendraient des personnes ressource en se formant au tutorat et au managérat.

Le collège compte 380 élèves, il est classé en ZEP et zone sensible.

Nous sommes 4 enseignants, 3 hommes et une femme, l’équipe est jeune. Nous avons une section sportive scolaire football en relation avec le club du Red Star Football Club, club historique du 93, qui n’accueille que des garçons.

Mais l’équipe a fait le choix de ne pas enseigner le foot en EPS. Nous programmons le rugby et le basket.

Le basket est une activité « historique » dans le collège, et il y a une grosse section basket à l’AS. Le rugby a été choisi pour des raisons de continuité de l’enseignement avec les lycées voisins.

Mais pourquoi pas de foot, « vraiment » ?

La vraie question finalement, c’est que l’image du foot est très marquée d’autant que le club est très voisin. Les valeurs véhiculées par le foot seraient pas celles de l’Ecole, voire en contradiction. Pourtant tous les garçons de nos quartiers pratiquent le foot, ils y ont tous un vécu plus ou moins important, les filles le pratiquent moins en ce moment. Cependant les garçons n’ont pas envie de jouer avec les filles, comme les filles n’ont pas envie de jouer avec les garçons.

Le foot est l’occasion pour les garçons de montrer leur supériorité, dominer l’adversaire, de réaliser l’exploit personnel qui valorise. Les filles ne jouent pas au foot pour les mêmes raisons, elles ont une conception plus collective du jeu. Tout ceci conduit les enseignants du collège à penser qu’il faudrait un enseignement démixé voire concevoir un traitement didactique différent.

De plus, des enseignants, surtout en présence de très bons joueurs, peuvent se retrouver en difficulté. Ces représentations sont un réel frein à l’enseignement du foot qui fait peur.

La spécificité de notre population scolaire en football est une hétérogénéité forte tant au niveau de la motricité, que du vécu et des représentations ayant pour conséquence certaines difficultés dans la conception éventuelle de son enseignement.

Il faut dire qu’il n’est pas évident d’intégrer quelques bons élèves dans une classe « banale ». Comment l’envisager ?

Les élèves de la section foot sont répartis dans les 4 niveaux de classe et sont de bons joueurs. Ils ont dépassé le niveau 2 de pratique.

Dans chaque classe qui les accueille, ils pourraient jouer un rôle de tutorat ou de managérat auprès de leurs camarades. Mais ce rôle de tuteur ne s’improvise pas. Cela nécessite de les former au sein de leurs entraînements dans le cadre de la section dès la 6e. L’enseignement du foot en EPS pourrait démarrer dans ces classes.

Cela serait très profitable pour eux, car pour conseiller il faut apprendre à observer le jeu de son équipe, l’analyser et construire de nouvelles solutions, ce qui contribue à progresser dans sa propre pratique, il faut s’ouvrir aux autres, faire partager son expérience, se montrer solidaire, conditions indispensables pour créer un véritable esprit d’équipe dont ils ont besoin lors des entraînements et des matches.

Aussi pour ces élèves « experts » qui souvent produisent leurs actions de façon intuitive et spontanée, cela doit leur permettre de les amener à réfléchir sur ce qu’ils font en observant, en verbalisant et en l’explicitant aux autres. Travailler sur l’aspect cognitif doit les aider à décider « quoi faire » dans un délai le plus bref possible, caractéristique du haut-niveau.

Le rôle que ces élèves pourraient jouer ne serait donc pas seulement un point d’appui pour l’enseignant mais représente un enjeu de formation important qui pourrait être soumis à évaluation.

Pour les élèves « débutants », l’intérêt est double : en terme d’apprentissages en visualisant les comportements attendus en pratique par les élèves « experts », et en terme de levier motivationnel en pouvant dialoguer plus facilement avec son camarade « coach ».

Ce travail doit leur permettre de prendre le temps d’expérimenter, de trouver des solutions et de réussir sans la « pression » exacerbée du match classique.

Se former à regarder et à réfléchir sur ce que l’on voit.

Situation de départ : ce que font des joueurs-euses

  • Les passes sont aléatoires et il y a beaucoup de pertes de balles.
  • Les réactions avec le ballon sont souvent « explosives ».
  • Les joueurs sont attirés par le ballon, la densité numérique entraîne de nombreuses pertes de balle.
  • Les possessions de balle pour chaque équipe sont courtes.
  • Le jeu est direct. Les attaquant-e-s reculent en 1 ou 2 passes vers l’arrière et se retrouvent près de leur gardien qui dégage loin vers l’avant pour éloigner le danger. Il y a beaucoup de changements de statuts car le ballon est très vite perdu après la récupération. Enfin, il n’y a pas de jeu au sol dans l’axe central du terrain, quand le ballon avance, c’est en sautant des zones, en l’air.
  • Les joueurs sont individualistes, refusent de passer le ballon à certains camarades ou passent au partenaire en dernier recours.

Ce qu’il faut regarder
Même mes élèves bons joueurs ne voient pas tout cela au début, car il faut apprendre à regarder des choses précises. Par exemple :

  • Le PdB :
    • Quand il entre en possession de la balle, est-il démarqué ou non, a t-il un adversaire proche de lui ?
    • Joue-t-il/elle vers l’avant ?
    • Passe t-il/elle le ballon vers l’avant ?
    • Privilégie t-il/elle le jeu vers l’avant ? Si oui, par la conduite de balle ou la passe ?
    • Le ballon arrive t-il souvent en zone de marque ?
    • Fait-il-elle les bons choix ?
  • Les partenaires du PdB
    • Entrent-ils/elles en possession de la balle ? Si oui, ont-ils/elles lâché leur adversaire ? Se montrent-ils/elles disponibles ?
  • Les statuts
    • Le ballon est-il vite perdu ou non après la récupération ?
  • L’espace de jeu
    • L’axe central du terrain est-il privilégié ?

Les critères d’observation s’élaborent au fur et à mesure des observations des matches et de ce que chacun en livre.

Répondre à la question : pourquoi jouent-ils/elles ainsi ?

Le constat : les élèves éprouvent des difficultés à construire un jeu vers l’avant. Pourquoi ?

C’est une étape essentielle pour comprendre à quels obstacles sont confrontés les joueurs, les joueuses.

En privilégiant essentiellement le jeu direct, les attaquant-e-s rendent la tâche plus facile aux défenseurs. Il n’y a pas d’incertitude, ceux-ci peuvent se mettre plus facilement en place et la défense bloque toute avancée du ballon. C’est pourquoi les PdB n’ont plus que la solution de passer vers l’arrière et font reculer le ballon. La défense prend le pas sur l’attaque.

La passe vers l’arrière n’est alors pas intégrée comme un « chemin » possible pour aller vers le but adverse.

Comment contraindre à jouer autrement ?

Aussi au regard de la spécificité motrice et informationnelle de l’activité football, nous choisirons de mettre l’accent sur les enjeux éducatifs suivants qui sont autant de problèmes moteurs, kinesthésiques, informationnels et émotionnels à gérer pour nos élèves « débutant-e-s » :

  • L’utilisation du ballon dans une logique de conservation et de progression collective vers la cible adverse.
  • L’appropriation, la conservation et l’utilisation d’un ballon qui ne peut pas être saisi (comment dois-je m’organiser pour à la fois, me saisir du ballon, conserver mon équilibre et assurer la continuité du jeu : conduire, dribbler, passer, tirer… ?)
  • Les modalités d’interventions défensives sur le ballon et sur l’adversaire. Notre objectif principal est de créer et développer une conservation puis une progression collective du ballon vers la cible.

C’est ainsi que nous convenons ensemble qu’il faut obliger les joueurs et joueuses débutants à passer au jeu indirect pour atteindre la cage de l’adversaire afin d’amener la solution d’alternance entre jeu direct et jeu indirect.

Se déplacer ensemble, organiser une circulation du ballon, adapter ses déplacements dans les directions, les vitesses et les moments aux configurations du jeu et de l’adversaire sont autant d’objectifs riches et variables que permet le football.

Une situation contraignante

L’objectif est triple :

  • Pour le PdB : « le jeu entre deux » (jouer dans l’intervalle entre 2 adversaires) et entre 2 lignes de défense,
  • Pour les partenaires du PdB : se rendre disponibles
  • Pour les adversaires « futurs PdB » : récupérer le ballon et organiser « le jeu de transition » qui vient de conquérir le ballon et enfin avoir des solutions de passe. Si un joueur rouge entre en possession de la balle, il a le choix entre 2 jokers sur le côté, protégés. Sa décision dépend de sa position sur le terrain, de la position de ses partenaires, comment ils/elles peuvent l’aider et de celle de ses adversaires. Pour les 2 équipes, il s’agit d’apprendre comment on réagit au changement de statut, défenseur/attaquant, attaquant/défenseur.

En football, la stratégie collective repose sur des phases défensives et offensives, avec un élément fondamental entre elles : la phase de transition. La manière de concevoir la récupération du ballon a une incidence sur son utilisation en phase offensive et vice-versa.

PNG - 52.4 ko

6 contre 6 (4 joueurs +2 jokers)
Espace : terrain de 40m X 20m
Durée : 20’.

But :
Faire un aller-retour entre les 2 jokers

Consignes :

  • Chaque équipe dispose d’un-e joker dans chacune des zones neutres.
  • Ces 2 joueurs sont inattaquables.
  • Jeu libre.
  • Le/la joker ne défend pas sur le/la joker adverse
  • Rotation des rôles toutes les 2’.

Contraintes :
Jeu au sol uniquement.

Critères de réalisation :
- Pour le porteur de balle

  • voir avant de recevoir.
  • occuper le terrain en largeur et en profondeur.
  • jouer et s’orienter vers l’avant sur les prises de balle dès que possible.
  • anticiper le jeu en 1 touche vers l’avant après une passe latérale ou pendant une remise pour demander le ballon.

- Pour les partenaires du porteur de balle

  • se sortir de l’alignement avec les défenseurs pour augmenter les solutions au porteur.
  • être accessible entre 2 joueurs, entre 2 lignes de défense ou sur un côté.
  • faire des appels pendant le temps de passe.

Critères de réussite :
Marquer des points.

Variantes :
Complexification : limiter le nombre de touches de balle.

Evolution :
Orienter le jeu dès le départ : 1 joker « cible » + 1 joker « soutien »

Que font les joueurs, les joueuses ?
Lors du changement de statut, le/la joueur qui récupère le ballon va le perdre rapidement car il/elle ne sait pas à qui faire la passe, un/une joueur en milieu de terrain va souvent faire la passe à un-e partenaire sur le terrain, à côté de lui/elle car il n’a pas vu son appui.

Les joueurs cherchent à conserver le ballon inutilement en milieu de terrain et ne réussissent pas à passer successivement aux 2 appuis et perdent la balle. Ils/elles ont même des difficultés à passer au 1er appui.

C’est pourquoi, je mets en place une observation avec mes élèves experts afin de cibler les causes principales de la non-réussite.

Avant la 1ère cible

Avant la 2nde cible

Passe tentée mais incomplète Perte avant la passe Passe tentée mais incomplète Perte avant la passe
PERTES DE BALLE
TOTAL 1 2 3 4

Le type de travail effectué en amont avec mes élèves de la section sportive autour d’exercices simples pour améliorer la lecture du jeu tout en recréant des conditions similaires à celle du match est privilégié. Cette forme de travail, associée à l’utilisation d’arrêts « instantanés » pour interroger régulièrement mes élèves sur ce qu’ils font, doit aboutir à une verbalisation sur ce qui organise leurs choix.

  • Une fois le ballon récupéré, que dois-tu en faire ?
  • Quelle est ta positon sur le terrain ? Où se trouvent les cibles, tes partenaires et tes adversaires ?
  • Pourquoi as-tu fais ce choix ? Quels autres choix étaient possibles ?
  • Quand vaut-il mieux que tu donnes le ballon ou que tu le gardes ?
  • Quand et comment dois-tu te déplacer afin de recevoir le ballon ?
  • Que va-t-il se passer après ton choix ? Ce dialogue doit alors aboutir à élaborer un premier répertoire de repères (quoi faire et pourquoi ?) permettant au joueur d’adapter sa réponse motrice (comment faire ?) au problème immédiat auquel il est confronté.

En découle une interprétation « simplifiée » de notre observation :

  • Si le total 2 est le plus élevé, le problème principal est la transition défensive-offensive point de départ de l’attaque qui doit permettre d’assurer une conservation collective du ballon en recherchant un 1er joker.
  • Si les totaux 1 et 3 sont les plus élevés, le problème principal est la technique de la passe courte et la prise d’information indispensables pour ne pas perdre la maîtrise du ballon.
  • Si le total 4 est le plus élevé, le problème principal est la disponibilité et le jeu entre 2 permettant ensuite la progression collective du ballon vers le 2nd joker « cible ».

Pour accélérer les transformations, les équipes se verront alors proposer des situations adaptées au problème qu’elles rencontrent.

Par cette démarche où j’essaie à la fois d’expliciter ce que mes élèves voient pendant le jeu, sur la base de quels indices, de comprendre les problèmes auxquels sont confrontées les équipes et en conséquence quelles situations mettre en œuvre, je contribue à les former pour qu’ils se transforment en observateurs efficaces et deviennent une véritable ressource pour l’enseignant.

Des exemples de situations en fonction des problèmes identifiés

Situation d’apprentissage 1

PNG - 25.6 ko

Objectif :
Améliorer le jeu de transition défensif-offensif

But :
Att : conserver le ballon
Def : récupérer le ballon et enchaîner

Consignes :
Les att conservent à 4 contre 2 dans leur moitié de terrain
2 partenaires des def sont en attente dans leur moitié de terrain
A la récupération des def :
3pts si stop-ball sur la ligne défensive adverse.
2pts si passe au partenaire qui enchaîne.
1 pt si enchaînement vers leurs partenaires en attente.

Contraintes :
Les att sont en 2 touches de balle minimum pour permettre le pressing des def

Variantes :
4 contre 3
Jeu en 1 touche autorisée pour les att

Cet instant de transition, d’entrée en possession du ballon est un instant clé car il marque le point de départ de l’attaque de la cible adverse (je ne peux pas marquer de but si mon équipe n’a pas le ballon contrairement au rugby ou au basket où je peux pousser l’adversaire par ma défense à commettre une faute offensive me permettant de marquer par « pénalité » ou « lancer franc »)

Ce que font les élèves
Au départ, le joueur qui récupère le ballon soit le perd quasi immédiatement soit fait le choix qui n’est pas le plus approprié à cet instant précis. (Il /elle joue vers l’arrière alors qu’il/elle peut attaquer la ligne de stop-ball adverse, il/elle tente de marquer en stop-ball alors qu’il/elle se trouve face à 2 advesaires…)

Questionnement

  • Où suis-je au moment de la récupération ?
  • Quelle est la position de mes adversaires, de mon partenaire le plus proche, de mes autres partenaires ?
  • Où se trouve la cible adverse ?

Enjeu
L’enjeu est de faire comprendre qu’à la récupération du ballon, 3 alternatives s’offre au PdB :

  • rechercher immédiatement l’attaque de la cible adverse
  • réaliser une passe permettant de sortir de la zone de récupération à forte densité numérique et de le conserver en vue d’attaquer par la suite (contournement de l’équipe adverse par un jeu à l’opposé)
  • ressortir le ballon vers l’arrière pour engager une conservation en vue de construire une attaque placée.

Situation d’apprentissage 2

Objectif :
Améliorer le jeu entre 2 joueurs et entre 2 lignes.

But :
Att : franchir en une touche le + de fois possible la diagonale
Def : récupérer le ballon et se faire une passe

Consignes :
4 contre 2 dans un carré (13m de côté) divisé par une diagonale. Les 2 défenseurs sont changés toutes les 2 minutes
Att : en dehors du carré, 1pt si passe entre 2
Def : 1 pt si passe après récupération.

Contraintes :
Les attaquants restent par 2 dans leur moitié.
Les défenseurs se déplacent librement.

Critères de réalisation :

  • Voir avant de recevoir.
  • Se déplacer pendant le trajet du ballon.
  • S’écarter afin de créer de l’espace au milieu.
  • Ne pas être caché derrière un adversaire.
  • Appuis dynamiques, enchaîner vite contrôle passe.
  • Utiliser les feintes (de regard, de pied).
  • Masquer les passes.
  • Se mettre entre 2 en se plaçant de ¾.
  • Se rendre constamment disponible.
  • Redemander après la passe.
  • Privilégier la passe en 1 touche pour jouer entre 2.
  • Communiquer

Variantes :

  • Simplification : déplacements libres des attaquants ou défenseurs fixe par zone.
  • Complexification : nombre de contacts limité par joueur ; att dans le carré.

Ce que font les élèves

  • Ils restent sur place, ne se déplacent pas ou trop tardivement.
  • Les passes ne sont pas précises.
  • Les élèves s’arrêtent dès la passe effectuée ou si on ne leur fait pas la passe.
  • Les temps de conservation sont courts

Questionnement

  • Quand et comment me déplacer afin de recevoir le ballon et de permettre la continuité de l’action collective ?
  • Quand vaut-il mieux que je donne le ballon ou que je le garde ?
  • Que dois je faire après ma passe ? Que dois je faire pour proposer une autre solution ? L’objectif est de conserver un mouvement permanent pour empêcher l’adversaire de lire notre jeu

Observables

  • J’adapte mon déplacement en fonction du PdB, je suis disponible constamment pour lui (ne jamais être dans l’alignement avec le défenseur).
  • Je fixe le défenseur avant ma passe.
  • Je donne mon ballon et je propose immédiatement une solution.
  • J’anticipe mon déplacement sur le temps de passe précédent pour être vu avant la prise de balle du PdB. Il ne faut pas se centrer exclusivement sur le PdB mais aussi sur le mouvement de ses partenaires.
  • Je vois l’intervalle entre les 2 défenseurs et j’assure une passe dans cet intervalle.

Situation d’apprentissage 3

PNG - 37.1 ko

Objectif :
Améliorer la passe courte.

But :
Effectuer une passe courte, à mi-distance de l’intérieur du pied.

Consignes :

  • Appui remise entre 2 joueurs et passe profonde à un 3ème entre la porte.
  • Le/la passeur devient appui, l’appui devient passeur.

Variantes :

  • Passer le ballon entre les portes sur la remise.
  • Varier les distances et les angles de passe.
  • Jeu en 1 touche de balle

Critères de réalisation :
Pour le passeur :

  • Prendre l’info avant la passe profonde (lever la tête).
  • Décoller légèrement le pied de frappe.
  • Pied d’appui et bassin orientés vers le/la partenaire.
  • Cheville verrouillée.
  • Pied de frappe ouvert

Pour le/la remiseur :

  • Jambe d’appui fléchie.
  • S’équilibrer avec les bras.
  • Attaquer son ballon.
  • Présenter une surface « dure » (intérieur du pied)

Notre postulat de départ est que le travail de technique individuelle doit être intégré au travail tactique collectif dans le jeu de manière globale.

Pour autant, ce temps de travail « joueur-ballon » est indispensable dans la construction de sa motricité.

  • Quelles surfaces de contact ?
  • Comment me placer ?
  • A quel moment prendre l’information ?
  • Avec quelles parties du pied est-il plus facile de contrôler, d’amener le ballon, de le passer ?

Version intégrale de l’article paru dans Contrepied n° 9 - Mai 2014 - Football

Pour continuer ...
repère

EPS, séquence de jeu et apprentissage des sports collectifs à l’école

Jean-Francis Gréhaigne, Didier Caty et Patrick Marle - 30 septembre 2013

En sport collectif, deux notions se trouvent au cœur de l’analyse du jeu : d’une part, celle de configuration de jeu, telle qu’elle s’actualise et prend forme dans le rapport de force en cours, d’autre part, celle de situations potentiellement émergeantes mais prédictibles à qui sait lire le jeu et dont les joueurs doivent tirer parti. Les auteurs identifient différentes situations prototypiques du rapport attaque/défense en sports collectifs (espaces interpénétrés). Pour eux, le décodage et la compréhension d’une configuration du jeu représente un maillon essentiel dans l’apprentissage d’un sport collectif au collège et lycée.