Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Un débat sur l’égalité filles-garçons au cycle 3 : le Football un sport pour (...) - EPS & Société

Accueil > APSA > Jeux et sports collectifs > Un débat sur l’égalité filles-garçons au cycle 3 : le Football un sport pour (...)

Des pratiques

Un débat sur l’égalité filles-garçons au cycle 3 : le Football un sport pour tous ?

Déborah Sarfati, conseillère pédagogique en EPS à Paris. - 6 décembre 2018

L’objectif de ce débat est de faire évoluer les représentations des élèves au sujet du Football, en termes d’égalité filles-garçons. Il est accompagné d’un module de foot d’une douzaine de séances.

Le travail proposé à partir du débat entre élèves dure au moins 2 séances en classe. Nous définissons des étapes, chaque enseignant.e prendra le temps qu’il faut pour faire évoluer ses élèves.

Etape 1 : Prise de représentations

Contexte : « En juin prochain se déroulera la Coupe du Monde féminine de Football en France, avec des matchs au Parc des Princes. Comme cela va se passer près de chez vous, nous allons travailler sur cet événement. Nous allons dans ce projet pratiquer le football, tous ensemble, filles et garçons. Qu’en pensez-vous ? »

1- Noter tout ce que les élèves en disent, avec les arguments avancés

  • Super,
  • J’aime bien regarder le foot, mais je ne sais pas jouer
  • J’ai peur de faire perdre mon équipe
  • Je n’aime pas ça,
  • Je suis nul/nulle
  • Les filles ça ne jouent pas au foot,
  • Elles sont nulles avec un ballon, etc... Relevez et distinguer les remarques liées aux compétences en football d’un côté et aux problématiques de l’égalité fille/garçon de l’autre

2- Reprendre chaque affirmation prêtant à discussion, débat
On retient deux affirmations

  • « Le foot, ce n’est pas un sport de filles »
  • « Les filles ne savent pas jouer au football » Avant de lancer les discussions, faire un sondage individuel en posant chacune des questions et demander « qui pense que c’est vrai, qui pense que c’est faux, qui hésite » (à l’écrit pour tenter d’éviter les influences des un.es et des autres, sur une ardoise ou un papier pour avoir les résultats en direct).

Exemple de résultats (classes 14 filles / 14 garçons)

C’est vrai

C’est faux

J’hésite

Filles Garçons Filles Garçons Filles Garçons
« Le foot, ce n’est pas un sport de filles » 2 10 8 2 4 2
Total 14 12 7
« Les filles ne savent pas jouer au football. » 10 12 2 0 2 2
Total 22 2 4

Etape 2a : Analyse par l’enseignant.e des premières réponses, avant le 1er débat

Hypothèses sur ce que les élèves vont répondre :
Suivant que les enfants vont penser à eux ou aux sportifs et sportives de haut-niveau, leur réponse peut être différente.

  • Ceux et celles qui ont des avis arrêtés vont répondre : c’est vrai/pas vrai.
  • Ceux et celles qui vont penser aux sportives de haut-niveau peuvent hésiter : c’est vrai pour elles, mais pas vrai pour moi (je ne sais pas jouer, ma sœur ne sait pas jouer). Dans le débat, d’abord commencer par faire parler les avis arrêtés et ensuite ceux et celles qui hésitent. La case hésite permet d’emblée d’ouvrir des portes et ne pas fixer le débat uniquement sur les « pour » ou « contre », et ainsi inviter à argumenter.

Un score comme celui-ci-dessus montre une classe avec des garçons qui ont majoritairement des avis arrêtés : le foot n’est pas pour les filles. Deux doivent penser aux joueuses de haut-niveau. Deux hésitent (pourquoi ?)

Les filles majoritairement pensent que le foot est pour les filles (elles pensent au haut-niveau ou ont envie de jouer à la récré sans pouvoir le faire) mais la majorité des filles pensent qu’actuellement, elles n’en sont pas capables parce qu’elles n’ont pas appris à jouer.

Le débat peut se poursuivre en direct. Si les résultats sont surprenants pour l’enseignant.e, le débat peut être reporté le lendemain, après analyse.

Eléments de réponses (pour l’enseignant)
Vous pouvez dissocier les 2 débats :

  • 1er débat : « Le foot, ce n’est pas pour les filles ». La réponse est claire : c’est faux !!
  • Et ensuite 2è débat : « Les filles ne savent pas jouer au foot » : la réponse est moins claire : C’est vrai quand les filles n’ont jamais eu de ballon, c’est faux quand elles se sont entraînées et/ou sont championnes

« Le foot, ce n’est pas un sport de filles »

« Les filles ne savent pas jouer au football »

- Le nombre de licenciées à la Fédération de Football par rapport aux autres sports comme le volley ou la danse (recherche internet, réponse dans la vidéo réponse)
- Ce stéréotype est lié à la culture. Dans d’autres pays, le football est pratiqué autant par les filles que les garçons (l’Amérique du Nord par exemple)
- Dans la société, tout au long de l’histoire, le sport a souvent été pensé pour les hommes et plus particulièrement le football (voir historique du football féminin).
- Certaines filles sont fortes, d’autres non, mais c’est pareil pour les garçons (un garçon a le droit de ne pas aimer le foot).
- On ne peut pas généraliser. Ce n’est pas une affaire de filles, c’est une question de compétences, tous les garçons (ou presque tous) ont eu des ballons quand ils étaient petits, pas les filles (ou pas beaucoup). Les garçons, ensuite se sont sentis à l’aise pour jouer, pas les filles.
- A force de s’entraîner les garçons deviennent de plus en plus forts et les filles restent débutantes. Ce qui explique les différences de niveaux, si on s’entraine, on peut être forts/fortes.

Ressources

L’enseignant.e peut s’organiser comme elle ou il le souhaite pour la mise en place des débats. Exemple : en grand groupe avec tour de parole et noter les arguments du vrai / faux / hésite.

Attention : il faut rappeler que filles et garçons doivent parler autant parce que spontanément les garçons vont monopoliser la parole. Organiser la mixité du débat si besoin (tour de parole..).

Pour chaque débat, l’enseignant.e passe le temps nécessaire pour aller au bout de l’argumentaire.

Etape 2b : Premier débat avec les élèves : « Le foot, ce n’est pas un sport de filles »

Amener les élèves à débattre pour faire évoluer leurs représentations stéréotypées.

  • Après un rappel du questionnaire de la séance précédente, animer le débat 1 sur la question «  Le foot, ce n’est pas un sport de filles »
  • Faire un bilan de l’état des représentations des élèves avec eux. Elles auront surement évoluées et évolueront encore au fur et à mesure du projet.
  • Possibilité d’utiliser la vidéo « Réponse aux affirmations » ( Attention de ne pas montrer la fin de la vidéo qui répond à la 2ème question également)

Si vous ne disposez pas de la vidéo : passer des extraits de foot féminin ; des photos de footballeuses es années 1900, donner les statistiques danse/foot …

Etape 3 : deuxième débat : « Les filles ne savent pasjouer au football »

Comme pour l’étape précédente, l’objectif est d’amener les élèves à débattre et de casser les représentations stéréotypées.

  • Rappel des conclusions de l’étape 2.
  • Après le rappel, animer le débat 2 sur la question « Les filles ne savent pas jouer au football »
  • Faire un bilan de l’état des représentations des élèves (qui vont surement encore évoluées au fur et à mesure du projet)
  • La vidéo 2 : Réponse aux affirmations (utilisation possible de la vidéo pour conclure)

Etape 4 : Poursuite du projet …et jouons ensemble au foot !

L’idée est de garder en tête les stéréotypes que les enfants avaient en début de projet et de les amener tout au long du projet à faire évoluer leur représentation pour montrer que le football comme tous les sports sont faits pour tous, c’est juste une question de goût qu’on soit fille ou garçon.

On peut donc relancer la discussion régulièrement tout au long du projet en fonction des agissements des élèves (des remarques, des actions…)

En termes d’évaluation, il serait intéressant de questionner les élèves sur l’identification des progrès de chacun.e ; sur la façon dont on s’est entrainer ? y a-t-il des différences entre les filles et les garçons ?

Pour les 12 séances de football : voir la proposition de Patrick Marle et Jean-Francis Gréhaigne.

Tous mes remerciements à Claire Pontais pour ses conseils.