Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Valeurs, éducation posturale et performative - EPS & Société

Accueil > Ressources & contributions > Valeurs, éducation posturale et performative

Résonnance

Valeurs, éducation posturale et performative

Josselin Bregère - 4 mai 2020

La fédération d’haltérophilie et de musculation développe une formation à dimension éducative centrée sur trois dimensions : santé, loisir, compétition. Josselin Bregère conseiller technique national développe ici sa conception.

Comme Fédération, vous vous définissez haltérophilie et musculation. Comment établissez-vous la frontière entre ces deux activités et votre concurrence avec les salles et sites internet dédiés ?

La fédération joue un rôle social en permettant à de nombreux pratiquants et notamment les plus jeunes d’entre eux d’avoir accès à une pratique encadrée de l’haltérophilie-musculation à moindre coût.

L’accès à la pratique pour le plus grand nombre est notre objectif prioritaire qui découle directement de la mission de service public dont nous sommes responsables via le ministère des Sports. Nous proposons une activité éducative non pris en charge par le secteur marchand. L’haltérophilie-musculation permet de transmettre des valeurs citoyennes, de santé (respect de son corps, hygiène de vie, prévention et lutte contre l’usage des produits dopants et des conduites déviantes) et agit dans la valorisation de chacun et chacune de ses pratiquants.

Ces activités sont en relation direct avec la réglementation nationale via le ministère et sa délégation de service public. Nous sommes tenus de respecter les cadres légaux, ce qui nous permet de veiller à l’intégrité physique des pratiquants.

La Fédération a une double délégation du Ministère pour ces deux activités. L’Haltérophilie est une discipline olympique, donc de nature compétitive régie par une fédération internationale. La Fédération française est la seule à pouvoir organiser des championnats de France et décerner le titre national.

Bien que l’aspect loisir se retrouve dans les deux activités à travers nos animations fédérales, la Musculation est plutôt une activité de loisir même si la FFHM organise des challenges et désormais un championnat de France spécifique.

L’Haltérophilie est peu développée en lycées, encore moins en collèges et faiblement en UNSS. Peut-elle devenir une discipline scolaire plus étendue ?

Nous sommes aujourd’hui dans un environnement qui prend de plus en plus conscience de l’importance de la santé, de la lutte contre la sédentarité à travers une pratique physique régulière et sécuritaire et ce, dès le plus jeune âge.
L’Haltérophilie, qui est une éducation posturale, est déjà enseignée au cours de cycles dans plusieurs dizaines de collèges et lycées. Son développement passe obligatoirement par une formation des professeurs d’E.P.S. et se diffuse progressivement dans l’environnement scolaire.

Nous avions 132 haltérophiles (68 filles et 64 garçons) qui étaient présents lors des derniers championnats de France UNSS, soit 33 équipes représentant 23 associations sportives UNSS de 12 académies.

Nous avons formé plus de 30 enseignants qui travaillent de concert avec nos cadres techniques en région afin de construire un maillage fort entre les établissements et la Fédération.
L’Haltérophilie est une discipline olympique, codifiée et réglementée. La pratique de la Musculation et ses disciplines émergentes ont besoin de renforcer leurs évaluations et de codifier l’exécution des différentes phases de leur pratique. L’Haltérophilie, support de tout mouvement de musculation, transmet grâce à sa Fédération les bons gestes et les bonnes postures, qui sont la garantie de l’intégrité physique du pratiquant et surtout d’une évaluation identique pour tous. La discipline répond complètement à ces objectifs et elle peut devenir une activité encore plus importante dans le champ scolaire (travail sur la posture, positionnement du dos, port de charge etc.) et très intéressante pour uniformiser les évaluations en CP5.

Vous dites que l’Haltérophilie ne nécessite aucun appareillage important et spécialisé à l’inverse de ce qui se développe essentiellement dans le milieu fitness et musculation mais qu’elle s’organise à partir de gestes techniques couvrant des intentions précises : pouvez-vous préciser ?

Il n’est pas nécessaire d’avoir de machine guidée ou de matériel extrêmement lourd pour une initiation en Haltérophilie. Les haltères, courtes ou longues, vous permettent d’être rapidement dans une activité haltérophile réelle. Les différents mouvements sont étudiés et analysés, tout individu trouve sa place dans un apprentissage régulé, efficace et ludique. L’apprentissage gestuel et postural s’effectue avec des bâtons lestés ou des barres éducatives : facilement transportables, facilement installables et facilement utilisables !

Pour vous la Musculation n’existe qu’en rapport avec d’autres technicités (préparatoires à…). Que peut représenter alors une forme générale de pratique, c’est-à-dire détachée de la compétition ou d’accès à d’autres pratiques ?

Pour l’immense majorité de nos licenciés, la musculation est avant tout une pratique à part entière. Pour la santé, le bien être ou la transformation physique, cette activité est pratiquée par des centaines de milliers de personnes en France.
Au sein de notre fédération elle est basée sur l’aspect loisir (muscu challenges, Circuit Fit, poids de corps), compétitif (championnats régionaux et championnat de France, création d’une application smartphone) et de santé (formation coach muscu santé).

La musculation peut être considérée par certains comme une activité complémentaire ou préparatoire, ce qui fait d’elle une discipline universelle. Sous cet angle, la pratique de la musculation peut être un complément dans l’épanouissement physique et technique de l’individu et de ses performances.

Quels efforts développe la fédération pour la conquête des jeunes et des filles ? Quelles sont vos expériences sur ces sujets ?

Nos efforts se sont basés sur un constat : l’ignorance de l’activité par manque de formation nous a placé dans une situation à la fois de peur et de rejet de l’Haltérophilie. Nous nous sommes aperçus que dès l’instant où des informations justes étaient données, les enseignants découvraient de manière positive l’activité.

La FFHM a choisi de rompre avec les idées préconçues. Notre activité est riche sur le plan pédagogique et ouvre aussi les chemins d’une éducation posturale, gestuelle et formatrice sur le plan des qualités physiques. Elle favorise l’épanouissement de l’individu dans toutes les facettes du potentiel humain.
Plusieurs mesures ont été mises en place par la FFHM. « L’haltéro tour » a par exemple été créé en 2011 afin de répondre à cet objectif : donner une image plus moderne de la discipline, valoriser la portée éducative de celle-ci et son utilité dans la vie quotidienne (placement du dos, port du cartable, déplacement de charges, etc.). Des milliers de jeunes ont découvert l’haltérophilie à travers cette animation fédérale et ce dans toutes les régions de France : au sein des collèges, lycées, centres sociaux, services jeunesses des communes.

« La pratique de la musculation peut être un complément dans l’épanouissement physique et technique de l’individu et de ses performances. »

Sur le plan de la structuration, une convention nationale a également été signée avec l’UNSS en 2019, et une CMR est en cours de développement dans les académies. Pour les professeurs d’EPS, un stage de formation a été organisé à l’INSEP en octobre 2018 et un autre en septembre 2019. Trente-six d’entre eux sont ainsi des référents dans leur académie avec le soutien de nos organes déconcentrés.
Des enseignants de collèges et lycées, dont pour certains issus d’établissements agricoles, ont reçu une formation et des livrets pédagogiques (Soulève le monde, Halter’ et GO, guide de l’enseignant) créés par la Fédération Française.

Parallèlement, en janvier 2019 et janvier 2020, la FFHM a lancé un appel à projet appelé « Halter’au collège » pour la mise en place de cycle d’haltérophilie et/ou le développement d’une AS Haltérophilie. Quarante-trois projets ont été présentés. Onze collèges, un lycée et un IMPRO ont d’ailleurs été primés. A la signature de la convention, ceux-ci ont reçu du matériel d’initiation : 2 barres de 2 kg, 2 paires de disques plastique de 2,5kg, 2 paires de disques plastique de 5 kg, 7 bâtons lestés de 4 kg et 7 bâtons lestés de 6 kg.

De leur côté, les organes déconcentrés (ligues et comités départementaux) soutiennent le développement des AS par la formation des jeunes officiels UNSS, le prêt de matériels homologués et une aide logistique aux championnats UNSS. Coté compétition, le championnat UNSS a vu ses règles adaptées au monde scolaire (doublé aux deux mouvements). Des passerelles vers le monde fédéral sont aussi créées avec une reconnaissance des jeunes officiels nationaux UNSS pour être arbitre de niveau régional.

Les jeunes filles ne sont pas en reste puisque la Fédération est très attachée au développement de l’haltérophilie au féminin. La FFHM a toujours mis en avant les jeunes filles et a largement participé au développement des championnats par équipes féminines jeunes et allant jusqu’à un TOP9. Depuis quelques années, nous sommes en nette augmentation chez les féminines et elles contribuent de manière importante au développement de cette APS. L’image change dans le bon sens.

Entretien réalisé par Jean Lafontan et paru dans le Contrepied - n°26 Musculation

Crédit photo Rémy Perthuisot

Pour continuer ...

Rechercher des contenus !