L’EPS d’aujourd’hui à demain – Épisode 1

Temps de lecture : 2 mn.

L’évolution de l’EPS appelle un développement sans précédent de débats, voire de disputes professionnelles, pour fonder une vision émancipatrice de cette discipline.

Toutes les contributions sont rassemblées dans ce dossier.

Nous vous rappelons que cet espace est aussi le vôtre ! N’hésitez-pas à vous exprimer !

Ce mois-ci 9 contributions :

  • Un Centre au cœur de l’actualité professionnelle [Le Bureau du Centre]
  • Une Education sportive et artistique ? [Jean LAFONTAN]
  • Comment je conçois l’Éducation Physique et Sportive [Didier DELIGNIÈRES]
  • Pour une éducation physique et sportive résolument scolaire [Guillaume DIETSCH, Serge DURALI, Loïc LE MEUR]
  • Éviter que l’eps aille dans le mur. [Thierry TRIBALAT]
  • L’EPS que nous voulons : des finalités objectivées, incorporées [Alain BECKER]
  • Questions de recherche pour l’avenir de l’EPS [Claire DEBARS, Claire PONTAIS]
  • Questions de recherche pour l’avenir de l’EPS [Sébastien MOLENAT]
  • L’EPS : une discipline toujours en chantier [Jacqueline MARSENACH]
  • Quelle éducation physique, sportive et artistique (EPSA) pour l’avenir ? [Jean-Françis GREHAIGNE]
  • Quelques thèmes qui traversent notre histoire… [Christian COUTURIER]

Bonne lecture !

Pour rappel, l’ambition de ce dossier est d’animer les débats en sollicitant toutes les compétences volontaires : chercheur.es, enseignant.es en établissements… la porte est ouverte à tout le monde, à vous 1, tendue par les réponses à la question ainsi posée : l’EPS d’aujourd’hui à demain, quels en sont ses enjeux ? Interrogation polémique puisque chaque dossier cherche à tracer les voies d’une « redisciplinarisation » exigeante. Celle-ci devra inévitablement lutter pour imposer son institutionnalisation et, dans le même temps, approfondir le statut culturel du sport en le désengluant de toutes les missions politiques auxquelles l’attèlent les gouvernements successifs.
Nous voulons que la bataille de l’EPS soit d’abord une bataille culturelle pour qu’elle devienne authentiquement émancipatrice.
Il n’y a pas d’émancipation sans luttes et ce dossier veut être son média.

  1. Vous pouvez faire parvenir votre contribution à hauteur de 7000 signes (espaces compris)[]

Ces articles pourraient vous intèresser

Un commentaire ? Exprimez-vous !