Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Faut-il prendre le foot au sérieux ? aux éditions du croquant, Savoir et (...) - EPS & Société

Accueil > Ressources & contributions > Horizon sport > Faut-il prendre le foot au sérieux ? aux éditions du croquant, Savoir et (...)

Horizon

Faut-il prendre le foot au sérieux ? aux éditions du croquant, Savoir et agir. Décembre 2014.

Bruno Cremonesi - 12 février 2015

Le rôle des journalistes sportifs consiste essentiellement à interpréter et mettre en mots le spectacle sportif...

JPEG - 16.8 ko

Certains se prennent tellement au sérieux qu’ils pensent qu’ils sont en train de produire de l’analyse et considèrent leur opinion du moment comme des regards étayés sur le sport.
A l’inverse, il existe aussi une coquetterie de la gauche intellectuelle à critiquer le football, pour surtout ne pas risquer d’être associée à la masse hurlante des stades.
Ce dossier « Football » constitue de ce point de vue une double lecture en proposant au lecteur une série d’articles qui ont d’abord été écrits par les auteurs à l’occasion d’un blog au moment de la coupe du monde au Brésil au mois de juin/juillet 2014.
Ce Blog s’appelait La coupe du monde saisie par les sciences sociales coordonnée par Stéphane Beaud et sur la toile a été plus connue sous le nom de son premier texte : « Prendre le foot au sérieux ».
Ce dossier constitue un excellent rebond au contrepied football - Hors-Série n°9 - Mai 2014 qui nous semble être boudé par les collègues.
Si le football n’est pris au sérieux ni par l’école, ni par les sciences sociales, ne nous étonnons pas que les idées se façonnent par les journalistes et les supporters qui, par définition, regardent plus le spectacle que la vraie vie.
A découvrir absolument.

Pour continuer ...
Horizon

Sport et paix : dépasser le slogan

Bruno Cremonesi - septembre 2012

Pour les anti-sportifs, le sport c’est la guerre ! La preuve par la triche, par les violences de certains matchs notamment dans les quartiers populaires. A l’opposé, pour de nombreux dirigeants politiques, le sport constitue un moyen au service de la paix sociale ou de la paix formelle en réunissant le temps d’une rencontre deux pays qui sont en conflit.
Pour Alain Jeunehomme, co-président du comité FSGT 93, « le sport a besoin de la paix ». « C’est plus un enjeu d’éducation dans un projet de société que de prétendre que le sport peut participer à la paix entre les pays, je ne crois pas à cette option ». C’est dans cette optique que ce comité a réfléchi à l’œuvre de culture de paix à laquelle peut contribuer le sport. Voici un projet global associatif et politique atypique dont l’ambition est d’éduquer à la paix et qui prend la forme de trois défis sportifs