Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Non aux inégalités obscènes ! Oui à de plus justes partages ! - EPS & Société

Non aux inégalités obscènes ! Oui à de plus justes partages !

Kiosque Société

Note rédigée par Jean-Pierre Garel

Le long confinement… Et demain ? Éditions Des auteurs des livres 8,80€

Depuis 1980, Gabriel Langouët (https://gabriel-langouet.com/) est connu pour ses ouvrages sociologiques sur l’éducation. Moins sans doute pour ses trois derniers livres publiés depuis 2011 (le plus récent étant coécrit avec Dominique Groux, présidente de l’Association française d’éducation comparée et des échanges), bien qu’ils aient fait l’objet de recensions flatteuses et méritées. Ils portent sur le thème des inégalités dans le monde. Avec ce « petit » (75 pages) ouvrage, il en reprend les points essentiels sous une forme qui en rend la lecture très accessible, et il y poursuit sa réflexion en évoquant la pandémie de coronavirus, toujours en lien avec les inégalités. Le sujet est traité avec l’habituelle rigueur scientifique de l’auteur, conjuguée à un engagement explicite en faveur d’un monde plus juste...

Une originalité de ce travail sur le thème des inégalités, abordé par bien d’autres, tient à la méthode et aux résultats obtenus. Il s’appuie notamment sur les données mondiales rassemblées par le PNUD (Programme des Nations-Unies pour le Développement) et sur plusieurs indices : l’IDH (indice de développement humain), construit à partir de trois domaines (revenus, santé, éducation) ; l’IDHI, qui estime la valeur de l’IDH compte tenu des inégalités observées dans les trois domaines ; le coefficient de Gini, mesurant le degré d’inégalité dans la répartition des revenus ; l’indice des inégalités de genre (IIG), qui traduit le désavantage des femmes dans les trois domaines de l’IDH ; l’indice de satisfaction globale de vivre, et l’indice de démocratie.
De la comparaison entre 182 États ressort le constat d’inégalités « obscènes » entre eux, et aussi de fortes différences de répartition des richesses à l’intérieur de ces États, ainsi que le lien étroit entre la redistribution des richesses et le niveau de développement humain, considéré sous l’angle des revenus, de la santé et de l’éducation. En comparant ensuite les États de l’Union européenne, auxquels est ajouté un groupe témoin de 10 États représentant des situations diverses, des États extrêmement riches à des États assez pauvres ou pauvres, on constate que l’homogénéité globale constatée entre les États de l’Union européenne s’accompagne d’inégalités conséquentes dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’égalité homme-femme. Les inégalités sont plus faibles dans l’UE, particulièrement dans l’Europe du Nord. Quant à la France, elle fait partie des six pays de la zone euros ayant un excellent niveau de vie et une population en excellente santé, mais il apparaît que sa politique éducative n’est pas une priorité. Faute d’efforts suffisants sur l’école, l’égalité de genre et le salaire, elle perd 9 % de son potentiel de développement humain.
D’un autre côté, le problème des inégalités est relié à d’autres éléments, en particulier le bien-être ressenti par les populations et le niveau de démocratisation des États concernés, par exemple en regardant si des pays ayant un haut niveau de développement humain et un haut niveau de satisfaction globale de la part de leurs habitants sont, par ailleurs, des régimes autoritaires. Pour donner des éléments de réponse à ces interrogations de fond, la focale est resserrée sur trois États : la Norvège, Maurice et Cuba.
L’ouvrage continue par une réflexion sur la pandémie de coronavirus. L’auteur en fait le bilan provisoire à la sortie du premier confinement, constatant qu’elle atteint plus particulièrement les plus démunis et les plus fragiles et qu’elle ne peut qu’accroître les inégalités. Au final, c’est un appel à l’urgence de politiques publiques portant sur une réduction drastique des inégalités, à une économie concertée avec l’écologie, résolument orientée vers le bien-être de tous les humains. Pour ce faire, souligne Gabriel Langouët, il faudrait notamment « qu’enfin la pseudo théorie du ruissellement, qui n’est qu’un leurre, soit abandonnée (…). Rien ne ruisselle quand le ru est sec ».


D'autres suggestions de lecture ...
kiosque jeunesse

Sans armure, Cathy Ytak, Ed. Talents hauts, 2020.

Si vous ne connaissez pas les éditions Talents hauts prenez le temps de flâner dans leurs livres de littérature jeunesse mais aussi dans leurs romans. Les romans de la collection Ego plongent dans la vie des ados pour raconter des histoires de différences, d’égalité, de la vie qui se dessine au singulier dans une société plurielle. Dans le roman Sans armure, l’autrice nous livre le récit d’une histoire d’amour.

++ En savoir plus ++
kiosque jeunesse

Nous sommes tous des féministes, Chimamanda Ngozi Adichie, illustré par Leire Salaberria, Ed. Gallimard jeunesse, 2020.

Le centre EPS et Société, ne peut être que sensible à la publication par les éditions Gallimard de ce célèbre manifeste de l’autrice Nigérianne Chimamanda Ngozi Adichie. Avant de lire ce livre je n’avais jamais entendu parler d’elle. Qui a dit que la littérature jeunesse était réservée aux enfants…
L’autrice y aborde la question de l’égalité des sexes avec beaucoup d’humour au travers de son expérience et d’anecdotes de son enfance.

++ En savoir plus ++
Kiosque Société

Et si l’effondrement avait déjà eu lieu, Roland Gori, Ed. Les liens qui libèrent, 2020.

Ce n’est pas d’un effondrement qui vient, développé par les collapsologues dont parle l’auteur, mais de celui qui a déjà eu lieu et au cours duquel nous tentons collectivement de chercher une issue. C’est la façon dont le progrès a été pensé, allié au discours progressiste, à l’évolutionnisme, à l’emballement des découvertes techniques que la perte de la maîtrise du temps conduit à l’impasse actuelle. Les sciences, l’histoire, la psychanalyse (sa spécialité) sont convoquées pour appeler à un ressaisissement citoyen, qu’il a cherché à mobiliser à travers son « Appel des appels ».

++ En savoir plus ++
Kiosque Société

L’invention du colonialisme vert, Guillaume Blanc, Ed. Flammarion, 2020.

Pour vous ôter quelques illusions sur les grandes pratiques internationales relatives à l’écologie lisez ce livre. à partir « d’une nostalgie d’une nature africaine intouchée, aussi vieille que l’idée de sociétés africaines hors du temps, incapables qu’elles seraient de s’arracher à l’ordre naturel du monde » la fabrication des grands parcs naturels sont l’enjeu de tractations internationales (UNESCO) dont le cœur est la consommation touristique et les méthodes, l’expulsion des populations résidentes au nom qu’elles ne sauraient pas protéger leur nature ! Démonstration énergique dans laquelle la fondation WWF sort étrillée et qui ouvre de nouveaux combats contre ce type de colonialisme.

++ En savoir plus ++
Kiosque Société

Mes profs de gym m’ont appris à penser, Michel Serres, Ed. Cherche-midi / INSEP, 2020.

Un beau titre pour ce petit livre qui reprend les entretiens de Michel Serres donnés à l’INSEP. Une mine d’or pour tous les amateurs de citations tant Michel Serres a le sens de la formule, frôlant la poésie : « Le corps peut beaucoup de choses, il peut même des choses que je ne sais pas encore, il peut quelques fois même l’impossible… ». M. Serres prend à contrepied la pensée toujours tenace selon laquelle « les facultés mentales précèdent cette matière lourde qu’on appelle le corps » et montre au contraire, que « le corps est intelligent », que « l’être humain a une capacité d’invention par corps », et croit même que « l’intelligence ne fait que jouer le dernier coup ».

++ En savoir plus ++
Kiosque Sport

Le sport porte en lui le tout de la société. Edgar Morin, INSEP, Ed. Cherche Midi, 2019.

« Un enfant qui fait du sport sculpte son cerveau » et la « nécessité d’être confronté à des épreuves pour savoir qui je suis » sont deux belles assertions que l’on partage. En même temps une approche trop unilatérale du sport de haut niveau le conduit à militer pour le sport de petit niveau qui serait porteur de « relations plus intimes et plus intenses », de socialité et moralité. Cette approche le conduit à penser que « l’épanouissement par le sport et par l’art, ne devrait se faire qu’en dehors de l’école ». Bon débat d’actualité !

++ En savoir plus ++
Kiosque Politique

Capital et idéologie, Thomas Piketti, édition du Seuil, 2019.

Ne vous laissez pas impressionner par les 1200 pages qui vous attendent. La lecture est aisée et vivifiante. Le projet ? « Chaque société humaine doit justifier ses inégalités : il faut leur trouver des raisons, faute de quoi c’est l’ensemble de l’édifice politique et social qui menace de s’effondrer ».

++ En savoir plus ++
Kiosque Roman

Némésis, Philip Roth, éditions Gallimard, 2012.

1944 : Newark, New Jersey, Eugène Cantor, professeur de gymnastique et responsable de terrains de jeu a à faire face à une épidémie de poliomyélite qui court dans toute la ville.
Homme de devoir, Eugène dit Bucky, veut donner espoir aux élèves dont il a la charge en continuant d’assurer les séances de softball, malgré l’hospitalisation et le décès de certains d’entre-eux. Mais qui dissémine cette maladie ?

++ En savoir plus ++
Kiosk’ Recherche

Une histoire de l’éducation physique dans les instituts médico-éducatifs (1838-1909). De la gymnastique médicale à l’éducation physique scolaire

Ce nouvel ouvrage de Pascal Brier est le fruit d’une recherche universitaire qui couronne un long travail de pionnier dans le champ de l’éducation physique adaptée. Dans le contexte actuel d’une éducation physique scolaire se voulant inclusive, l’ouvrage de Pascal Brier éclaire fort opportunément, le rapport existant entre sciences médicales et et sciences de l’éducation physique au 19e siècle et au début du 20e siècle : rapports de dépendance, rapports de subordination aussi ...

++ En savoir plus ++
Kiosque sport

Rugby en péril, Jean-Yves Viollier, édition Atlantica, 2019.

Jean-Yves Viollier est l’auteur de cet ouvrage compact et engagé. Ancien journaliste à L’équipe, le rugby dès sa plus jeune enfance a toujours fait partie de son éducation de sa culture, de sa vie. Les valeurs du rugby ne sont pas seulement déclaratives : elles ont structuré sa vie, ses relations et ses choix ; amitié, solidarité, abnégation, altruisme ne sont pas des slogans pour l’auteur ; le rugby fut, et est encore aujourd’hui pour lui plus qu’un sport, c’est une quasi éthique nécessaire.

++ En savoir plus ++
Kiosque politique

Le crépuscule, Juan Branco, au Diable vauvert, 2019.

Dans son livre Crépuscule et dans son interview Thinkerview l’avocat Juan Branco raconte les mécanismes de reproduction des élites par les grandes écoles qui ont permis l’accession de E. Macron au pouvoir. Il raconte aussi les influences du « petit cercle parisien » sur les prises de décision des hommes qu’ils ont placés au pouvoir.

++ En savoir plus ++
Kiosque Société

Territoires vivants de la République, ce que peut l’école : réussir au-delà des préjugés, coordonné par Benoit Falaize, éditions la découverte, 2018.

Comme un cri du cœur et de la pensée, plusieurs enseignant-es se regroupent pour résister aux amalgames, à l’image que les médias accrochent à ces écoles ségréguées des milieux populaires. Un collectif qui entend à la fois dénoncer les politiques ségrégatives de l’état, les inégalités persistantes et donner à voir les pratiques ambitieuses et volontaristes des enseignant-es.

++ En savoir plus ++
Kiosque Sport

Sport et handicap psychique : penser le sport autrement, Isabelle Caby & Roy Compte (sous la dir.), Ed. Champ social, 2017

L’originalité de l’ouvrage est de traiter le sujet de la pratique des activités physiques, sportives et artistiques (APSA) d’une population en marge, y compris dans le champ du handicap. Il s’agit de personnes présentant des troubles psychiques, dont certains peuvent être très sévères, tels les troubles psychotiques, dont la schizophrénie. D’un point de vue sportif, elles ne sont guère évoquées, et encore moins données à voir, dans les médias ...

++ En savoir plus ++
Kiosque Jeunesse

Corps de fille, Marie Lenne-Fouquet, éditions Talents hauts. 2021.

Agathe est en 4e. à travers la boxe, ses relations avec sa mère, ses camarades du collège et son meilleur ami Sofiane, elle va prendre conscience que des situations, des remarques considérées comme anodines relèvent de préjugés sexistes. Elle trouve refuge dans la boxe, prend confiance en elle et s’approprie son corps. Elle devient prête à les combattre.

++ En savoir plus ++
Kiosque Jeunesse

Le plongeoir, Elsa Devenernois, éditions Talents hauts. 2021.

3 nouvelles courtes pour prendre conscience des processus de domination masculine dans les relations quotidiennes entre les filles et les garçons. « Un sourire échangé avec des garçons à la piscine, et les voilà descendus à toute vitesse pour venir nous chercher. Ils devaient craindre qu’on rebrousse chemin alors ils nous ont poussé par la taille, pour nous aider disaient-ils ». En haut du plongeoir les deux filles ont peur et la première est poussée… C’était pour rire ! La deuxième va trouver la force de dire non.

++ En savoir plus ++
Kiosque Jeunesse

Né coupable, Florence Cadier, éditions Talents hauts, 2021.

Mars 1944, alors que l’Amérique a les yeux tournés vers la fin du conflit en Europe, la ségrégation est très importante en Caroline du Sud. Né coupable raconte l’histoire vraie de George Stinney, un jeune noir de 14 ans, arrêté pour le meurtre de deux fillettes blanches.

++ En savoir plus ++
Kiosque Sport

Knock-out, Reinhard Keist, éditions Casterman. 2019.

L’auteur, d’origine allemande, a réalisé plusieurs BD sur des sujets de société. Il s’intéresse ici au destin d’un boxeur noir Emile Griffith aux Etats Unis dans les années 60. La BD décrit le parcours d’un jeune boxeur issu de l’immigration des Caraïbes, des milieux populaires américains.

++ En savoir plus ++
Kiosque Jeunesse

La patrie des frères Werner, Philippe Collin et Sébastien Goethlas, éditions Futuropolis, 2020.

Philippe collin est bien connu des enseignants d’eps qui écoutent son émission sur France Inter, L’œil du tigre, avant de plonger dans la semaine de cours. Il a réalisé cette BD à l’image de ses émissions sur le sport, mélange d’histoire, de faits sociaux et de récits sportifs.

++ En savoir plus ++
kiosque EPS

Activité physique adaptée et socio-histoire, Didier Séguillon, éditions L’Harmattan, 2020.

À l’heure où l’inclusion scolaire est pleinement posée comme obligation, non seulement légale, depuis de longues années maintenant, mais aussi comme phénomène professionnel entier, faire un détour par l’histoire de ce qui se nomme l’activité physique adaptée (APA) peut s’avérer utile ...

++ En savoir plus ++
kiosque EPS

L’intervention dans les pratiques sportives, physiques et artistiques, sous la direction de François Potdevin, éditions l’Harmattan.

Le centre EPS et Société s’attache à suivre les publications scientifiques qui analysent l’EPS, le sport, les arts et la société. Les colloques et les publications de l’association pour la recherche sur l’intervention en sport (ARIS) ont nécessairement une attention particulière du centre EPS et société car directement lié à notre champ.
Nous avons cherché les moyens de rendre les productions scientifiques accessibles aux professionnels et nous butons souvent sur une écriture avec un cadre méthodologique et un jargon qui éloignent a priori les lectrices et lecteurs plus praticien·nes que chercheur·es. Le compte rendu de ce colloque a fait un effort considérable de ce point de vue et produit un ouvrage remarquable avec la recherche d’une écrire courte, dans l’optique de partager des résultats. Sa lecture m’a enthousiasmé et donné envie de prolonger des rencontres, des interviews avec plusieurs auteurs.

++ En savoir plus ++
kiosque roman

Vaincre à Rome, Sylvain Coher, éditions Actes Sud, 2019.

1960 : les jeux olympiques de Rome s’achèvent. Le marathon en sera la dernière épreuve. Se présente au départ, pieds nus, un éthiopien de 28 ans, inconnu du monde sportif ; Abébé Bikila ...

++ En savoir plus ++
kiosque sciences

Dans l’œil du pigeon, Luc-Alain Giraldeau, essai Le Pommier, 2020.

En traitant des rapports entre hérédité et culture, l’auteur commence par mettre en scène les gènes et leurs « innombrables ruses pour survivre et se reproduire », depuis trois milliards d’années. Nous voilà au commencement et à son hasard pour donner naissance au vivant, jusqu’à l’avènement de l’homme et son extraordinaire cerveau ...

++ En savoir plus ++

Encore plus de notes de lecture ?