Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/epsetsoc/www/config/ecran_securite.php on line 283
Une expérience de Baby-volley avec ballon de baudruche - EPS & Société

Accueil > APSA > Jeux et sports collectifs > Une expérience de Baby-volley avec ballon de baudruche

Des pratiques

Une expérience de Baby-volley avec ballon de baudruche

Hugo Pontais - 8 juin 2017

Est-il possible de proposer un « vrai » volley aux petits (4-6 ans) ? à savoir un vrai match 2 contre 2 où l’on éprouve des émotions « comme les grand.es » ? Pour Hugo Pontais, professeur EPS, c’est possible à condition de changer son regard sur le volley, sur l’apprentissage et sur le rôle de l’animateur.trice.

Ce texte est le compte rendu d’une recherche d’étudiant de master 2, avec toutes les limites que cela implique. L’enjeu était de confronter une analyse didactique et anthropologique du volley-ball à un public débutant, dans un club, donc – selon les représentations majoritaires - a priori éloigné du « vrai » volley !
Il s’agissait donc de prendre à contre-pied des pratiques et idées reçues présentes dans de nombreux clubs de volley : vision techniciste (apprentissage de « gestes »), nécessité des prérequis avant de pouvoir « vraiment » jouer.

JPEG - 52.6 ko

Nous étions persuadés que faire entrer des enfants de 4 à 6ans dans un processus d’apprentissage du volley-ball nécessitait qu’ils y trouvent un plaisir immédiat et que leur engagement et leur persévérance dans le jeu seraient un des indicateurs de validation du processus proposé. Nous avons fait l’hypothèse que les déterminants de l’engagement dans une pratique à des fins d’apprentissage se trouvent dans ce qui la compose fondamentalement, anthropologiquement, d’où la nécessité de s’appuyer sur une analyse historique et culturelle de l’activité pour en définir le cœur, l’essentiel.

C’est ainsi que nous avons proposé une situation de 2 contre 2 avec ballon de baudruche, et joué sur des variables didactiques qui évoluent au fil des progrès et de l’évolution des intentions et des techniques des joueurs. Dans ce cadre, les variables didactiques sont issues de l’évolution des règles au fil de l’histoire ce sport. Les techniques sont vues comme des réalisations corporelles personnelles au service d’un problème à résoudre.

Nous présenterons ici la situation de pratique qui a constitué le cœur de notre processus d’apprentissage ainsi que les résultats recueillis lors des séances observées. Des paliers d’apprentissages ont pu être validés. Nos choix sont soumis au débat.

Le contexte

Un club de baby-volley (une vingtaine d’enfants de 4 à 6 ans) durant 1 heure le samedi matin.
La situation 2 contre 2 dure 20 mn environ. Pour des raisons d’animation, les enfants changent de groupe et d’animateur. La séance est composée par ailleurs d’un moment d’échauffement avec des ballons divers (jeu type balles brulantes ou « record de ballon qui vole » avec ballon de baudruche), ainsi que des parcours et/ou un grand jeu de poursuite avec ou sans ballon.

Explicitation de nos choix

Nous les listons, tout en sachant qu’il y a interdépendance des variables.

Le choix du « deux contre deux »
Pour faire entrer les enfants dans un jeu tactique centré sur l’attaque de la cible, le jeu « un contre un » nous semblait la solution la plus adaptée à des jeunes enfants. Cependant, faire du « un contre un », renforçait l’idée que le volley est d’abord un jeu technique et remettait à plus tard l’aspect coopération dans l’équipe et la construction du partenaire. Le deux contre deux s’imposait donc. Mais il pouvait aussi être formel et se traduire par un duo non fonctionnel, deux enfants du même côté du filet sans aucune réelle coopération. Pour donner du sens au « deux contre deux » avec des enfants de 4 à 6 ans, la solution qui nous parut la plus intéressante a été de jouer sur la variable « ballon ».

Les choix liés à la signification du volley
Au volley-ball, l’équipe marque un point quand la balle tombe dans la cible adverse. La cible : la cible est le terrain adverse, mais pour un débutant, la cible est d’abord « de l’autre côté du filet » et le renvoi est synonyme d’attaque. Le but en attaque est donc : faire passer la balle par-dessus le filet. Le but en défense est : la balle ne doit pas tomber par terre.
La balle doit voler : les joueurs ne pourront pas bloquer la balle, ni jouer avec un rebond par terre ; par contre ils auront le droit de toucher plusieurs fois de suite la balle.

Choix d’un ballon de baudruche (en attendant de de disposer d’un ballon totalement adapté à des petits), nous avons retenu le ballon de baudruche parce qu’il permet de nombreuses frappes sans jamais ne faire mal ni aux mains, ni aux bras, ni à la tête. Il permet des frappes vers le haut sans interdire les frappes vers l’avant si l’enfant se place derrière le ballon, il permet de continuer à jouer même quand la balle est presque par terre. Il autorise donc une grande quantité d’actions, une continuité du jeu sans empêcher la rupture. Cependant pour que cette rupture puisse être suffisamment présente, il ne faut pas que l’obstacle soit très haut.

Un filet bas
nous avions d’abord testé un obstacle type « rivière » au sol, puis un obstacle matérialisé avec des cartons. Nous avons estimé qu’un filet à hauteur de tête permet un équilibre continuité/rupture et correspond plus à la représentation que les enfants ont du volley.

La coopération/compétition
Mettre les enfants par équipe de deux ne garantit pas qu’il y ait coopération, la recherche consistait à observer aussi comment la notion d’équipe se construit en rapport avec le comptage des points, des émotions fortes, le respect entre participants afin qu’ils aient plaisir à s’opposer pour s’amuser. Ils doivent pouvoir compter les points eux-mêmes et s’auto-arbitrer.

Situation proposée : 2 contre 2 avec ballon de baudruche

But du jeu : « Taper fort dans le ballon de baudruche pour qu’il aille de l’autre côté et qu’il tombe par terre dans le camp adverse (ou ne soit pas renvoyé) ».

Critère de réussite : 1 point pour notre équipe quand le ballon tombe dans la cible adverse. La première équipe arrivée à 5 points a gagné (ou au temps)

Les règles : (contraintes et droits des joueurs)
Un filet à hauteur de la tête du plus grand des enfants
Un très grand terrain avec tapis interdit près des poteaux
Le service se fait à endroit fixe (il y a une marque), très près du filet (50cm), et au « top –départ »
On frappe la balle seulement quand elle est dans notre camp (pas le droit de toucher la balle tant qu’elle n’a pas passé le filet). On a le droit de la frapper plusieurs fois de suite.

Justification de la situation :
Choix d’un ballon de baudruche pour sa lenteur et sa douceur, mais la trajectoire d’un ballon de baudruche est aléatoire,
en contre partie, il faut un filet pas trop haut qui autorise des trajectoires horizontales (attaque) et qui évite le frappé vers le haut

La consigne : « taper fort dans la balle » incite à l’attaque directe dès que c’est possible

Le grand terrain : en fait, pas de limite, les enfants essaient de frapper le ballon tant que c’est possible. Les tapis sont une sécurité pour qu’ils ne se cognent pas dans les poteaux qui tiennent le filet.

Le service se fait très près du filet pour que la balle puisse passer d’un seul coup, y compris pour le plus débutant. Si l’enfant rate le service, il recommence. (On favorise les points mis sur attaque des autres et non nos erreurs)

Service : peu importe qui sert (si besoin donner le service à un enfant qui n’aurait pas souvent le ballon)

Le « top-départ » donné par l’arbitre : il donne le départ du jeu. Il sert à s’assurer de l’attention de tous les joueurs. Il permet le décompte des points suivi par les enfants (quand les enfants auront compris qu’il faut être prêts au top-départ, ils pourront donner eux-mêmes le signal).

L’interdiction de toucher la balle avant qu’elle franchisse le filet est nécessaire pour l’égalité des chances. Le filet étant très bas, certains enfants tapent la balle avant : règle impérative aussi pour éviter de se cogner (sécurité). Amener cette règle quand un enfant fait la faute, pas avant, ils ne la comprendront pas s’ils ne l’ont pas vue. (Ne pas s’attendre à ce qu’ils comprennent du premier coup). Amener petit à petit l’idée qu’on ne doit pas toucher le filet.

JPEG - 58 ko

Hypothèses sur le déroulement

Il est prévu de faire évoluer les règles en fonction des réactions des enfants.
Avant de vivre cette situation, les enfants ont fait voler des ballons de baudruche, tout seul (battre sont record) ou à deux (touches alternées). Ce jeu du record peut être repris pour les échauffements (sans filet).

  • La situation 2 contre 2 telle qu’elle est au départ peut durer jusqu’à temps que :
    • Tous les enfants comprennent bien le but du jeu (pas de jonglage pour soi) : insister sur le fait d’attaquer et frapper la balle vers le camp adverse. → si besoin : « s’entraîner à taper fort direct » à l’échauffement
    • Tous les enfants respectent la règle du filet
    • Dans un premier temps (longtemps), peu importe qui sert. Si un enfant n’a pas souvent la balle parce que son co-équipier la lui prend, lui donner la balle au service
  • Evolution vers les touches alternées Au départ, le nombre de touches est illimité et un enfant peut frapper la balle plusieurs fois (insister sur l’intention de renvoyer de l’autre côté (taper sur le ballon), même s’ils n’y arrivent pas encore). La touche alternée (chacun son tour : « une fois toi, une fois moi ; pas le droit de taper deux fois de suite ») doit être introduite quand elle devient possible (quand les deux sont prêts à toucher la balle) ou nécessaire (quand ils se bousculent par ex.) A partir de là, on peut « s’entraîner à taper chacun son tour » :

Ils doivent comprendre :

  • Pour le PB : que si le ballon part au dessus de moi ou en arrière ou ne va pas passer le filet, je dois me pousser pour laisser l’autre prendre le ballon.
  • Pour le Partenaire : Je dois regarder le ballon et être prêt à aller n’importe où. Si je pense que je suis en mauvaise posture (en retard, déséquilibré, de dos...), je dois la remonter sans chercher à l’envoyer de l’autre côté. Bien entendu, nous ne nous attendons pas à ce que les enfants conscientisent explicitement et encore moins verbalisent tout cela, mais qu’ils perçoivent globalement les choses et agissent dans ce sens.

Le tournoi :
Compter les points est important pour que les enfants passent d’un jeu où le plaisir est de taper dans la balle (tant pis si je rate) à un jeu où le score peut être mis en rapport avec la façon dont on a joué (sans pour autant stigmatiser celui qui rate !)
Faire des matches en 5 points ou de 5 mn en changeant les équipes (AB/CD ; AC/BD ; AD/BC)
- 15 mn

Questions posées à la recherche

  • La situation permet-elle de construire la cible ?
  • La situation permet-elle de construire le partenaire ?
  • La situation permet-elle des transformations comportementales ?

Expérimentation

Organisée en plusieurs temps, la recherche a duré de novembre à avril :

  • Novembre / décembre : analyse des pratiques proposées aux enfants
  • Janvier : expérimentations de situations en 1 contre 1
  • Mars/avril : expérimentation de la situation retenue, le 2 contre 2 avec ballon de baudruche (3 séances d’observation/test de la situation)

La situation effectivement mise en place :

Lors de la première séance, la situation prévue a été mise en place, mais l’animatrice a ajouté une règle du « record par-dessus le filet » pour renforcer l’orientation vers la cible.
Rien n’a été dit sur le filet, ni sur les limites du terrain, ni sur le service
A la deuxième séance, la règle du filet (interdiction de taper la balle tant qu’elle n’est pas dans mon camp) a été introduite, ainsi que celle de l’endroit du service de façon à ce que le jeu identifie le début du jeu. Des tapis interdits ont été mis près des poteaux pour des raisons de sécurité.
A la troisième séance : la règle de la touche alternée a été introduite.

Bilan global
La situation a plu aux enfants. Ils se sont tous engagés avec plaisir, y compris les plus jeunes. Elle a environ duré 20 mn par séance, 40 mn la première séance, ce qui est bien plus que les ateliers habituels. La compréhension des règles n’a pas posé de problème majeur, leur rapport à la compétition a été dynamique et enthousiaste. Ils expriment leur joie quand un point est marqué, même quand ce n’est pas eux qui ont marqué ce point et acceptent de perdre sans bouderie ni drame. Tous les enfants étaient impliqués, il n’y a pas eu de problèmes relationnels.
L’animatrice a joué le jeu, bien qu’elle ne soit pas convaincue au départ de la possibilité de proposer une telle situation (« ils ont besoin de changer », « risque d’ennui »). Elle a remarqué qu’il était intéressant de commencer par la situation de jeu 2 contre 2, et non pas par des parcours, parce que les enfants sont plus concentrés en début de séance qu’à la fin.
Nous n’avons observé que 3 séances, mais nous avons vu des progrès et pouvons en faire une analyse assez significative.

La situation permet-elle de construire la cible ?

Oui, un indicateur : dès la première séance : sur 13 mn de jeu, sur 120 frappes, 100 se font vers la cible, 20 frappes ont pour but de défendre ou assurer la progression.
Cependant, nous avons repéré deux moments (« incidents critiques ») révélateurs :

Le premier : le record incompatible avec la construction de la cible
A la première séance, l’animatrice a centré les enfants sur la cible avec comme première consigne de « faire passer par-dessus le filet ». De peur que les enfants ne la comprennent pas, elle a rajouté l’idée de « battre un record de passages par-dessus le filet ». Cette notion de record a généré des jonglages pour soi (comme à l’échauffement) contraires à l’attaque de la cible. Dès que les enfants ont été centrés que sur « taper le ballon pour qu’il aille de l’autre côté du filet », la centration sur la cible est alors redevenue première. Quand les enfants tapaient plusieurs fois dans la balle, c’était toujours pour défendre ou pour que le ballon aille vers le filet. Nous avons constaté que suivant leur position par rapport à la balle, ils frappaient de 1 à 3 fois (6 maximum, mais cela n’est arrivé qu’une fois) pour que le ballon franchisse le filet.

Le deuxième : les touches alternées incompatibles avec la construction de la cible
A la troisième séance, la règle des touches alternées a été proposée : « ne pas taper plus d’une fois dans le ballon » (pour laisser le ballon au partenaire, qui lui, envoie la balle vers la cible). Cette consigne a généré immédiatement un dysfonctionnement, les enfants ne pouvant être centrés à la fois sur la cible et sur le partenaire. Soit ils oubliaient le partenaire et tapaient plusieurs fois vers la cible, soit ils tapaient une fois vers le haut pour que le partenaire puisse taper lui aussi. Notre interprétation est que cette consigne de l’alternance arrive bien trop tôt et ne correspond pas à un problème rencontré dans le jeu. Obliger les enfants à se centrer sur le partenaire, alors qu’ils sont encore beaucoup centrés sur la balle, leur fait oublier la cible.

La situation permet-elle de construire le partenaire ?

Oui, mais la notion de partenaire n’est pas exactement celle que nous avions prévue !
En effet, nous constatons à la 3è séance que les enfants se gênent un peu moins au sein de la même équipe qu’à la 1ère séance. A la première séance, sur 13 mn de jeu, les enfants se gênent 15 fois, parfois se cognent. A la troisième séance, ils se gênent encore 10 fois mais ne se cognent plus. Ces chiffres sont insuffisants pour être révélateurs, mais nous faisons l’hypothèse suivante : ne pas se gêner est une première prise en compte du partenaire puisque le joueur qui n’a pas la balle, mais la convoite autant que son partenaire, réfrène son envie de la jouer lui aussi. Le partenaire doit « faire de la place » au porteur de balle c’est-à-dire, arrêter son déplacement ou s’éloigner volontairement de lui pour ne pas le gêner. Cela suppose une même analyse du contexte et une prise d’informations partagée. Ces comportements, que nous commençons tout juste à percevoir sur certaines actions de jeu sont, selon nous, une première étape importante de construction du partenaire, que nous n’avions pas identifiée au départ. Par contre l’étape que nous visions avec les touches alternées (l’échange de balle, la « passe » au partenaire au sens classique du terme), nous semble très prématurée. Elle ne correspond pas au niveau de ces enfants.

On peut même dire que les touches alternées exigées trop tôt construisent un « partenaire formel ». A la troisième séance, les enfants tapent vers la cible à chaque fois. On peut donc dire qu’ils ont construit la notion de cible. La consigne « taper le ballon chacun son tour » va générer une régression, les enfants ne pouvant être centrés à la fois sur la cible et sur le partenaire. Soit ils ne tiennent pas compte de la contrainte et frappent vers la cible (ce qui est une réponse adaptée), soit ils lèvent la balle pour que le partenaire puisse frapper lui aussi (ce qui est le respect de la contrainte), mais le font même lorsque ce n’est pas nécessaire. Ils sont devant une contradiction. Cette consigne de l’alternance centre donc les enfants de manière artificielle sur le partenaire et a pour conséquence de les mettre dans une logique de « coopération formelle », avec le risque très grand de leur faire oublier la cible.

Notre situation permet donc de construire la notion de partenaire, mais sans qu’il y ait d’échange de balle. Nous estimons que ne pas gêner le porteur de balle est une première étape significative de la construction du partenaire. Parce que cela suppose une transformation déjà très importante, à la fois motrice (s’éloigner du PB), affective (partager le ballon) et cognitive (laisser la place à l’autre), pour des petits.

La situation permet-elle des transformations comportementales ?

Nous avons observé plus précisément deux enfants : Arthur (4 ans) et Titouan (6 ans) : leurs comportements (frappes, déplacements, orientation, etc.) et les avons analysés à l’aide d’une grille de lecture (paliers, voir plus loin)

JPEG - 61.2 ko

Le cas de Arthur (4 ans)
Au niveau des intentions : il a évolué mais il est toujours organisé par la balle et pas encore par à chaque fois par la cible, bien qu’il ait compris le but du jeu. Il est au rendez-vous avec la balle :
A la séance 1, il a frappé 9 fois le ballon et l’a bloqué 7 fois (16 contacts). A la séance 3, il a frappé 43 fois le ballon, 23 fois par en haut et 20 fois par en bas
A la séance 1, il ratait souvent la balle, à la 3 séance il est moins en réaction par rapport au ballon et arrive de plus en plus le premier au point de chute. Quand il rate la balle, il a le temps de la frapper une 2è fois par en bas.
Pour servir, à la 1ère séance, il pousse le ballon ; à la 3è séance, le service frappé passe à tous les coups.
Déplacement/orientation/ production de trajectoires :
Il se déplace pour frapper la balle : après un déplacement, il frappe dans l’axe de son déplacement en levant la balle et ne s’arrête pas. Il court avec le bras déjà en l’air, ce qui le déséquilibre. Il frappe dans son espace avant quelle que soit son orientation / filet : il est encore organisé par la balle et pas encore par la cible (sauf quand il est près du filet et déjà orienté).
Le ballon passe encore difficilement le filet depuis la zone de marque (12 fois sur 18), la frappe se fait sous la balle et non en arrière.
Par rapport à son partenaire : Il laisse agir son partenaire. Tant qu’il n’a pas la balle, il a une attitude nonchalante. Il est en retard lorsque la 2ème frappe lui est destinée, soit parce qu’il est allé sur la première balle, soit parce qu’il attend de voir et se retrouve en retard.
Quand la balle est dans le camp adverse Il est souvent placé près du filet. Il touche souvent le filet.
En conclusion, Arthur n’est pas encore organisé par la cible, seulement lorsqu’il est près du filet et bien orienté. Il est organisé par la balle (et la défense de son camp), même s’il a compris le but du jeu (palier1).

Le cas de Titouan (6ans)
Au niveau des intentions : Il défend son camp et est centré sur la cible adverse. Il est souvent au rendez-vous avec la balle. Il touche 54 fois la balle à la première séance : 42 fois vers la cible et 12 actions de défense (par en bas, loin du filet). Dans les mises en jeu, il coordonne lancer et frappe. Il frappe par en haut à une main (parfois main gauche ou à deux mains). Il frappe parfois une fois dans le vide (trop tôt) et est assez rapide pour frapper une autre fois par en haut.
Déplacement/orientation/production de trajectoires
Il se déplace et s’oriente pour frapper vers la cible. Il est en attente de la balle, avec une posture tonique. Il court dès le départ de la balle et court pour aller la frapper. Sur les 42 balles frappées vers la cible, 25 passent, il est en arrière de la balle pour frapper fort, quel que soit son placement. Les 17 autres balles vont de l’AR vers l’AV : il crée la zone de marque « en solo ». S’il n’a pas le temps de frapper une 2è fois lui-même, il perd le point (il ne considère pas l’autre comme un relai). Il est le plus souvent face au filet, même après un déplacement dans le sens opposé. Il se réoriente pour frapper dans le sens du jeu. Les trajectoires sont toujours orientées vers la cible ou pour se mettre rapidement dans une posture d’attaque.
Par rapport à son partenaire PB : Il est en même temps que son partenaire sur la balle. Il arrête son déplacement si l’autre s’apprête à frapper. Il frappe la balle avant lui (au-dessus) s’il est placé en arrière et peut taper fort.
Quand la balle est dans le camp adverse Il se place un peu en recul par rapport au filet.
En conclusion, Titouan est organisé par la cible qu’il soit près ou loin du filet, il n’a cependant pas encore construit le partenaire (palier 2).

Ce qui change par rapport à nos prévisions :
Nous pensions que les enfants frapperaient le ballon de baudruche quasiment à tous les coups, ce n’est pas le cas, Arthur lors de la première séance frappe très peu la balle, bien qu’il ait compris le but du jeu. La notion de relai peut se faire de manière individuelle même quand les enfants sont en duo. L’enfant qui a construit la cible peut frapper la balle de la zone AR à la zone AV et tenter lui-même la 2ème frappe. La zone de marque se construit mais d’abord sans le partenaire.
Le partenaire se construit dès le palier 2, mais d’abord sur le mode « je ne te gêne pas et ne prends pas la balle à ta place », pas du tout avec un relai intentionnel. Ceci est déjà très difficile pour des enfants. Notre étude a duré trop peu de temps pour que nous puissions voir un tel comportement reproductible.

Nous proposons suite à ces observations une (ré)écriture de nos paliers de progression.

Paliers comportementaux (écriture suite à l’expérimentation)

Nous notons en italique les modifications apportées par rapport aux hypothèses.

Palier 1
Intention : il comprend le but du jeu mais il est organisé par la balle. Il cherche à ce que le ballon ne tombe pas par terre (jusqu’à bloquer pour éviter la chute).
Lorsqu’il est près du filet et déjà orienté (rare), il cherche à renvoyer.
Rendez-vous avec le ballon  : l’enfant tape souvent dans le ballon de baudruche mais il lui arrive de le rater encore souvent malgré sa lenteur.
Déplacement/ orientation/ production de trajectoires
Il tape vers le haut et le ballon passe difficilement le filet.
Lorsqu’il se déplace, il frappe la balle en déséquilibre, dans le sens de son déplacement et quelle que soit son orientation.
Il touche souvent le filet (parce qu’il est centré sur la balle).
Relation avec le partenaire
Les enfants se gênent entre eux pour attraper le ballon, parfois se cognent.
La transformation visée pour passer au palier 2 est : passer de la centration sur la balle à une centration sur la cible (« passer le ballon de l’autre côté du filet »).

Palier 2
Intention Il est organisé par « passer la balle de l’autre côté du filet ». Il joue jusqu’à ce que le ballon soit par terre (mais ne bloque plus)
Le rendez-vous avec le ballon de baudruche est assuré (il anticipe l’arrivée de la balle).
Déplacement/ orientation/ production de trajectoires
Il s’oriente vers le filet.
Il se place derrière la balle pour frapper fort.
Relation avec le partenaire  :
Le Porteur de balle : cherche à renvoyer quel que soit l’endroit du terrain.
Il sait envoyer une balle de la zone AR vers la zone AV mais ne se sert pas d’un relai (ne fait pas de passe), il frappe lui-même la balle deux fois de suite.
Le partenaire ne gêne plus le PB, il arrête son déplacement pour lui laisser la place.
La transformation visée pour passer au palier 3 est : passer d’un renvoi direct de l’autre côté du filet à une attaque de la cible, avec frappe forte du ballon de baudruche, avec l’aide du partenaire si besoin.

Palier 3 (aucun enfant n’était à ce niveau, il reste donc à valider)
Intention : Il est organisé par renvoyer le ballon « fort » au fond du terrain. Si besoin le PPB vient aider.

Le rendez-vous avec le ballon de baudruche est assuré.
Déplacement/ orientation/ production de trajectoires  :
Il différencie frappe vers le haut pour défendre son camp et frappe vers la cible pour attaquer

Relation avec le partenaire
Il différencie PB ou PPB (le PB se signalera).
Il se situe par rapport au filet (près/loin, de face/ de dos).
Le PPB est disponible pour être relais.

Cet article est paru dans le Contrepied HS n°18 "Volley-Ball" paru en mai 2017