Temps de lecture : 2 mn.
© Claude Pujade Renaud

Claude Pujade Renaud est décédée il y a peu le 18 mai 2024.

Le Centre EPS & Société en profite pour lui rendre un hommage et témoigner de sa contribution au développement de l’enseignement de la danse en EPS.

Elle a joué un rôle décisif en tant qu’enseignante/formatrice à Paris pour faire découvrir la danse à ses étudiantes, futures enseignantes d’EPS. En effet, elle fait partie de celles et ceux, encore rares dans les années 50-60 (comme Jaqueline Robinson qui travaille avec Mary Wigman en Allemagne et qui créée une école L’atelier de la danse à Paris, Dominique et Françoise Dupuy les pionnier·es ou encore Karin Waehner par exemple) à faire connaître ces nouvelles danses en France. Pour elle ce sera la « modern danse » qu’elle découvre aux États-Unis avec Martha Graham, l’une des pionnières de ce qu’on appellera plus tard la danse contemporaine.

Puis elle a contribué dans les années 70 à ouvrir l’EPS sur l’enseignement de la danse. Son ouvrage le plus emblématique de ce point de vue, Expression corporelle, langage du silence est publié en 1974, Revue française de pédagogie et elle est intégrée par les historien·nes, en partie à tort, au courant dit « antisportif ».

Cela ne l’a pas empêchée d’entretenir avec le SNEP-FSU et le Centre EPS & Société des relations de compagnonnage bienveillant.

Elle avait accepté dans le premier numéro de la revue Contre Pied consacré à la danse un long entretien.

Elle revient sur le développement de l’expression corporelle qui s’inscrivait dans un mouvement de contestation du modèle sportif mais aussi de mise en valeur de « l’expressivité du corps » (M. Bernard). Elle requestionne la place de la technique dans la création et maintient l’idée que l’enseignement de la danse reste un enjeu de l’école.

De pionnière elle devint une référence pour le développement de l’enseignement de la danse en EPS.

Ces articles pourraient vous intèresser

Un commentaire ? Exprimez-vous !